En marge d’une rencontre avec les opérateurs de téléphonie, le mardi 16 février 2016 à Ouagadougou, le ministre d’Etat, en charge de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, a réaffirmé la position du gouvernement sur les groupes d’autodéfense, Kogl-wéogo.
comp

«Les Kogl-wéogo sont utiles, à condition qu’on les mette sur les rails, qu’ils exercent dans un cadre légal et qu’ils n’outrepassent pas leur compétence », a t-il laissé entendre.

A l’en croire, l’association n’est pas reconnue officiellement, car elle ne dispose pas de récépissé. De ses explications, toute association qui veut travailler librement et de façon convenable doit chercher à se faire connaître et à avoir un récépissé.

« Cela permet de légaliser son existence et de travailler dans le cadre de la loi et de la règlementation », a-t-il ajouté.

Le ministre Simon Compaoré a fait comprendre que le contexte sécuritaire actuel commande la collaboration de tous. Il a argumenté qu’il faut éviter d’avoir des positions qui peuvent ne pas être comprises. Il en veut pour preuve que les Kolg-wéogo ont participé à l’arrestation de certains auteurs de l’attaque de Yimdi.

« Il convient donc de leur indiquer la voie qui sied, la voie de l’Etat de droit s’ils veulent continuer à travailler », a-t-il déclaré, avant d’ajouter que les membres des Kogl-wéogo ne doivent pas s’ériger en officiers de police judiciaire, ni en magistrats.

Mathias Lompo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.