L’ambassadeur Simplice Honoré Guibila saluant Dr. Schmidt Michael, ancien ambassadeur d'Allemagne au Burkina Faso de de 1971 à 1973

Les membres de la communauté burkinabè d’Allemagne, notamment de l’Association des Ressortissants Burkinabè en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (NRW) ont célébré, le 8 octobre 2016 les 30 ans de ladite association. C’était en présence de l’Ambassadeur du Burkina Faso en République fédérale d’Allemagne, Simplice Honoré Guibila, et de nombreuses autres personnalités de marque.

L’ambassadeur Simplice Honoré Guibila saluant Dr. Schmidt Michael, ancien ambassadeur d'Allemagne au Burkina Faso de de 1971 à 1973
L’ambassadeur Simplice Honoré Guibila saluant Dr. Schmidt Michael, ancien ambassadeur d’Allemagne au Burkina Faso de de 1971 à 1973

C’est à Bonn, ancienne capitale fédérale de l’Allemagne, que les membres de l’Association des Ressortissants Les Burkinabè en Rhénanie-du-Nord-Westphalie se sont retrouvés ce 8 octobre 2016 pour les festivités des 30 ans de leur association. Etaient de cet événement mémorable l’ambassadeur du Burkina Faso en République fédérale d’Allemagne, Simplice Honoré Guibila ; représenté par le maire Gabriele Klingmueller représentant le maire de la ville fédérale de Bonn ; l’Ancien ambassadeur d’Allemagne au Burkina Faso, Dr. Michael Schmidt ; le consul du Burkina Faso en Allemagne ; le vice-président and trésorier du corps consulaire en Allemagne, Klaus-Dieter Wolf, et de nombreux sympathisant(e)s de l’Association. Et c’est à la célèbre journaliste Ramata Soré, présidente de l’association que l’honneur est revenu d’accueillir ce beau monde.

Ce qu’ils en disent

Plusieurs personnalités ont assisté aux festivités des 30 ans de l'association
Plusieurs personnalités ont assisté aux festivités des 30 ans de l’association

Plusieurs interventions ont été enregistrées au cours de la commémoration. Rendant hommage aux premiers responsables de l’association pour la présente initiative qui marque, dit-il, d’une pierre blanche ce trentième anniversaire, l’ambassadeur du Burkina Faso en Allemagne, Simplice Honoré Guibila, a exhorté ses compatriotes à toujours faire honneur à leur pays.
«Quelles que soient nos différences et nos divergences, l’appartenance à la même patrie, le Faso, devrait être suffisamment prégnante pour nous réunir et nous faire œuvrer dans l’intérêt supérieur du Burkina Faso en Allemagne. C’est ainsi que nous administrerons la preuve à tous ici, en Allemagne, que nous méritons vraiment notre identité de « Burkinabè », c’est-à-dire d’homme intègre ! », a-t-il plaidé.
Et d’ajouter : «J’invite tous les Burkinabè vivant sur le territoire allemand à se regrouper au sein d’associations crédibles et viables pour mieux exprimer leur solidarité et défendre leurs intérêts, dans la tolérance et la discipline. Discipline et respect des lois de ce pays, non seulement pour mieux marquer notre « burkinabité », mais aussi pour mériter respect et considération de la part des Allemands qui nous accueillent avec beaucoup d’hospitalité sur leur sol. »
Pour le maire Gabriele Klingmueller, l’association que dirige Ramata Soré inspire et soutient de bonnes initiatives tout en enrichissant le débat. «Votre approche différenciée nous donne une nouvelle perspective sur la riche culture de votre beau pays, mais aussi sur la politique et la société au Burkina Faso et ici en Allemagne également», a-t-il laissé entendre.

«Le Burkina a soutenu l’autodétermination de l’ex-Allemagne de l’Est »

Ramata Soré, présidente de l’Association des Ressortissants Burkinabè en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a rappelé les liens historiques entre l'Allemagne et le Burkina
Ramata Soré, présidente de l’Association des Ressortissants Burkinabè en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a rappelé les liens historiques entre l’Allemagne et le Burkina

Fière d’entendre les propos du maire Gabriele Klingmueller, Ramata Soré peut alors indiquer : « Au-delà de faire le bonheur de leur pays d’origine, les Burkinabè en Allemagne font le bonheur de leur pays d’accueil. Dr. Issoufou Joseph Conombo, ancien Premier ministre de la Haute-Volta à Wurmlingen, a été médecin militaire au Sud de l’Allemagne en 1946. En 1946, il y avait soigné la population de Wurmlingen et cela juste après la deuxième guerre mondiale. Dans ce village, les vieillards se souviennent toujours de lui. Tout comme leurs petites-filles et petits-fils»
Et de poursuivre : «Le Burkina Faso a soutenu l’autodétermination de l’Allemagne de l’Est. En octobre 1962, au siège des Nations Unies à New York, le diplomate Frédéric Guirma, le premier représentant permanent du Burkina Faso, ancien Haute Volta, aux Nations Unies dans un franc parler a fustigé l’Union soviétique qui empêchait l’autodétermination des Allemands de l’Est en construisant le mur de Berlin. Mur que l’Ambassadeur Frédéric Guirma, avait qualifié de Mur « pour cacher leur honte.»

Un arbre pour consolider les liens germano- burkinabè

C'était le temps des retrouvailles germano-burkinabè
C’était le temps des retrouvailles germano-burkinabè

«Pour consolider le lien fort qui existe entre le Burkina Faso et l’Allemagne, entre les Burkinabè et les Allemands, notre Association a demandé à la ville fédérale de Bonn l’autorisation de planter L’Arbre du Burkina Faso ou l’Arbre de la Fraternité entre le Burkina Faso et l’Allemagne. Nous remercions Monsieur le maire et Madame Ute Odenthal-Gerhardt, Chef du service de l’environnement, qui nous ont concédé la permission de planter cet arbre dans la Rheinaue. Nous en ferons la réception officielle et vous serez bien sûre informés»
Au cours de ces festivités, outre l’exposition d’objets d’art et artisanaux – sac, vêtements, chaussures et de produits du Burkina Faso : mangues séchées, biscuits de pain de singe, le buffet a permis aux invités de déguster du haricot au riz, du tô sauce gombo, les crêpes de haricot, etc.
Par ailleurs, la question de l’immigration a été le principal sujet de discussion de la soirée et a été l’objet d’un débat. Une projection suivie de débats sur le documentaire « Réussir ou périr, rester ou partir ?” du cinéaste burkinabè Bernard Yaméogo a permis de s’interroger sur la nécessite pour les immigrants de rester dans leur pays d’accueil ou de repartir dans leur pays d’origine, vu les conditions parfois inhumaines dans lesquelles ils vivent en Europe.

Association créée depuis le 23 août 1986

Après 30 ans d'existence, l'Association entend consolider ses acquis
Après 30 ans d’existence, l’Association entend consolider ses acquis

Les présentes festivités ont par ailleurs été riches en sons et en danse.
«Il est 15h, ce samedi 08 octobre 2016 à Bonn. Dans la grande salle de l’ESG, les sons de djembé résonnent. Les doigts de Rachid battent à rompre le cuir du tambour. Les battements font trembler les murs. Dans cette ferveur, les têtes balancent et épousent la rythmique», raconte un témoin oculaire.
L’Association des Ressortissants Burkinabè en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (NRW) existe depuis le 23 août 1986.
Avant que l’actuelle présidente, Ramata Soré, ne prenne les rennes de l’Association en mars 2015 pour un mandat deux ans, ont succédé à la tête de l’Association les personnes dont les noms suivent : Feue Mariam Alceni ; Feu Dr. Amidou Séré ; Dr. Idrissa Kaboré ; Sibiri Zangré ; Adama Badiel ; Dr. Honorat Badiel ; Ahmed Ouédraogo dit John et Samuel Ouédraogo.
Et des médailles et des certificats ont été remis à ces premiers présidents de l’Association des Ressortissants Burkinabè en Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Martin Philippe
Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.