Antonio Guterres a pris officiellement fonctions

Le nouveau secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Antonio Guterres, a officiellement pris ce 1er janvier 2017. Dans son discours d’investiture, Guterres a affiché ses ambitions, appelant à une «réforme globale» de l’organisation mondiale.

Antonio Guterres a pris officiellement fonctions
Antonio Guterres a pris officiellement fonctions

Au secrétariat général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), la page du sud-coréen Ban-ki moon est tournée. Désormais c’est Antonio Guterres qui pleinement investi des lourdes charges de secrétaire général  de l’organisation mondiale. Ces lourdes charges du nouveau secrétaire général de l’ONU, c’est d’être notamment le porte-parole des peuples du monde, en particulier ceux qui sont pauvres et vulnérables.

Il s’agira surtout pour lui, d’user de son indépendance, de son impartialité et de son intégrité pour faire, publiquement et en privé, des démarches propres à empêcher l’apparition, l’aggravation ou l’extension des conflits internationaux.

Dans son discours d’investiture,  Antonio Guterres a appelé à une réforme globale de l’organisation. «l’ONU doit se préparer à changer», a-t-il indiqué.

Immenses défis à relever

Antonio Guterres  hérite d’une institution onusienne  en pleine crise, qui a été incapable de juguler un certain nombre de conflits, notamment en Syrie, au Yémen, au Soudan du Sud. L’ONU sous Ban-ki moon s’est impuissante face à la question nucléaire nord-coréenne. Au-delà de la réforme de l’ONU et des conflits, l’autre grand défi que Guterres aura probablement du mal à relever ce sera la question de la mise en œuvre de l’Accord de Paris de 2015 destinée à la limitation du réchauffement climatique. Le nouveau président américain, Donald Trump n’a pas fait un mystère de son désintérêt pour cet accord qui reste un des acquis majeurs de Ban-ki-moon. Et si les Etats Unis se désengagent, le processus de Paris pourrait connaître le même sort que Kyoto. Faut-il le rappeler, les USA sont le deuxième pays  gros pollueurs mondial, derrière la Chine. Si Washington se rétractait effectivement, il n’est pas exclu que d’autres gros pollueurs comme Pékin ou Brasilia fassent également machine arrière.

Martin Philippe

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.