Le nouveau Ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Alkassoum Maïga a été installé dans ses fonctions, ce jeudi 23 février 2017 à Ouagadougou. MAIGA

A l’occasion, il a dit qu’il s’attèlera à rompre le chevauchement des années académiques qui plombent des filières à l’Université de Ouagadougou, depuis quelques années.

«L’année académique est perturbée. De ce point de vue, nous avons beaucoup d’efforts à faire pour arriver à une situation où la rentrée universitaire va se faire de façon normale et régulière», a indiqué le ministre Alkassoum Maïga.
«Nous n’avons pas d’autre avenir que de faire en sorte que nos universités vivent. Si elles meurent, nous allons socialement mourir avec elles, même si physiquement nous allons continuer à vivre», a expliqué le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur.

Pour éviter cela, il a laissé entendre que les décideurs et les différents acteurs doivent se mettre à la tâche pour peaufiner des stratégies.
Indiquant qu’il a «un esprit ouvert» et disposé à travailler dans la franchise, il a invité le personnel à l’aider. Son explication, « ce ne sera pas un succès personnel et ça ne sera pas aussi un échec personnel».

Le ministre sortant, Pr Filga Michel Sawadogo a salué «les résultats satisfaisants obtenus, grâce aux uns et aux autres. Il a noté que beaucoup de problèmes restent à résoudre, à savoir la connexion internet, la construction de nouveaux bâtiments.
«Je souhaite plein succès au ministre (Alkassoum Maïga) dont je connais les grandes qualités intellectuelles et morales», a déclaré M. Sawadogo.

Mathias Lompo
Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.