Le présidium à l'ouverture de la session du conseil municipal

Le conseil municipal de l’arrondissement 7 de Bobo-Dioulasso a tenu sa première session ordinaire de l’année le vendredi 17 mars 2017. Au menu, cinq (05) points traitant essentiellement des questions de salubrité.

Le présidium à l'ouverture de la session du conseil municipal
Le présidium à l’ouverture de la session du conseil municipal

Examen et amendement du procès-verbal de la dernière session de l’année 2016 ; examen et adoption du rapport spécial 2016 ; validation des projets de délibérations portant désignation des représentants de conseil aux Comités de Gestion ( COGES, recours au partenariat public privé pour la construction des marchés des secteurs 22, et 29 et portant autorisation de jumelage des collectivités territoriales) ;  présentation du projet de salubrité dudit arrondissement et les stratégies de gestion de la forêt du Kou et les divers. Ce sont les points qui ont meublé la première session ordinaire de l’arrondissement 7 de Bobo-Dioulasso au titre de l’année 2017.

Le maire de l’arrondissement 7, Hermann Sirima, a beaucoup insisté sur les questions de salubrité qui constituent un véritable fléau à Bobo-Dioulasso.  La population, première actrice, est selon lui, en grande partie responsable de cette situation au regard des constats sur le terrain. Des caniveaux pleins de déchets de tous genres, des eaux des toilettes, et certains caniveaux finissent par se boucher. Sur cette question,  le maire est resté très ferme et exhorte la population à s’engager fortement dans l’action communale.

Un projet sur le point de se concrétiser

Le maire de l’arrondissement 7, Hermann Sirima, a appelé les uns et les autres à leurs responsabilités
Le maire de l’arrondissement 7, Hermann Sirima, a appelé les uns et les autres à leurs responsabilités

Pour pallier à ce problème, un grand projet est sur le point de se concrétiser entre la mairie et le ministère de l’environnement.

«Il faut noter que c’est un point qui nous tient à cœur, nous avons un projet sur cette question de salubrité en cours avec le ministère de l’environnement  et qui coûte  cent millions (100 000 000) de Franc CFA. Tous ces efforts c’est juste pour assainir notre cadre de vie, premier facteur de développement. (…..) Nous avons même déjà envisagé des actions concrètes telles que l’existence d’une brigade qui sillonne dans les foyers pour porter le message et moi-même de temps en temps, j’interpelle la population lors de mes passages dans les quartiers », a-t-il dévoilé.

En outre, il a signalé qu’il plaçait cette session sous le signe de l’action. Une manière pour lui, d’inviter les uns et les autres, notamment les présidents  de commission à présenter leurs plans d’actions. Lesquels plans selon lui, devront non seulement identifier les préoccupations des populations mais surtout s’exécuter sur le terrain. Aussi, indique-t-il, cette année est une année de défi  pour tous les conseillers car dit-il, il y a d’énormes chantiers de développement qui les attendent dans la ville de Sya.

Dorcas Murielle Ouédraogo/Bobo

 Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.