Au sixième jour du procès qui se déroule au Tribunal militaire, ce 4 avril 2017 à Ouagadougou, des pièces à conviction ont été présentées. Il s’agit, entre autres, d’armes à feu, retrouvées au domicile du sergent-chef Ali Sanou. BARRE

Parmi ces armes, neuf fusils kalachnikovs crosse en bois, un fusil kalachnikov PKMS, quatre fusils AKMS, un pistolet lance grenade, 41 chargeurs garnis 30 cartouches chacun, 12 obus de HK 40 mm, 1297 cartouches, 2 bandes de PKMS, 8 housses de chargeur.

Le sergent-chef Ali Sanou a reconnu les faits, en signalant que c’est lui-même qui a indiqué la planque aux enquêteurs.

Au total 21 inculpés ont été entendus (entre mardi et samedi) dont un civil.
Le procès va reprendre ce mardi matin avec les réquisitions, puis des plaidoiries.
Les inculpés sont poursuivis pour, entre autres, faits de complot militaire, désertion à l’étranger en temps de paix, détention et port illégal d’armes et de minutions de guerre.

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.