Les commerçants bobolais exigent purement et simplement la libération de Inoussa Kanazoé

Suite à l’arrestation de l’homme d’affaire burkinabè, PDG du groupe KANIS International et vice-président de la chambre de commerce pour des délits qu’il aurait commis, la coordination des associations des commerçants de Bobo se dit mécontente de la manière dont son arrestation a été faite et demande tout simplement sa libération immédiate. Elle l’a exprimé à travers un point de presse ce jeudi 28 avril 2017 à Bobo-Dioulasso.

Les responsables de la coordination des associations de commerçants bobolais exigent la libération de Inoussa Kanazoé

Après les commerçants de Ouagadougou, c’est le tour de ceux de Bobo de manifester leur colère face à l’arrestation de Inoussa Kanazoé. Au cours d’un point de presse ce vendredi, les responsables de la coordination des associations des commerçants de Sya assurent  que c’est par voie de presse qu’ils ont  appris l’arrestation de M. Kanazoé et de ses proches collaborateurs.  Et vu l’impact que cela a engendré sur l’économie nationale, ils se devaient  d’analyser la situation et de prendre en compte les opinions des uns et des autres. La coordination déplore la manière irrespectueuse utilisée pour arrêter l’homme d’affaire.

Cela impacte négativement le monde du commerce au Burkina Faso, disent-ils. « Nous ne sommes pas d’accord de la manière que les forces de l’ordre ont utilisé pour arrester le PDG de CIM METAL, ….. C’est la manière qui a été utilisé qui ne plaise pas, c’est surtout cela. C’est quand même un grand homme d’affaire burkinabé » explique  le porte parole de la coordination des associations des commerçants de Bobo Issa Bamogo.

«Faire fuir les bailleurs de fonds »

L’air n’était pas à l’amusement au sein des commerçants bobolais

Selon les commerçants bobolais, cette arrestation ne s’est pas fait dans les règles de l’art pour un grand PDG comme Inoussa Kanazoé; mais aussi que  son absence se fait ressentir sur le tissu économique national, vu son poste de responsabilité au niveau de la chambre de commerce. Outre cela, cette situation pourra « mettre à genou» la crédibilité de la chambre de commerce auprès des bailleurs de fonds mais également faire fuir ces derniers.

«  La coordination reconnait que dans un Etat de droit nul n’est au dessus de la loi, cependant nous avons des inquiétudes par rapport à don absence sur le tissu économique national, vu son poste de responsabilité au niveau de la chambre de commerce, cela n’aura-t-il pas des impacts sur la crédibilité de notre chambre auprès des bailleurs de fonds…. », soutient  le porte-parole de la coordination Issa Bamogo.

Conscients de la situation actuelle et soucieux du développement économique du pays, ils c’est-à-dire les membres de la coordination demandent la libération de M. Inoussa Kanazoé  et de ses collaborateurs. Ils souhaitent que la justice les libère pour que ces derniers puissent continuer à exercer leur métier, mais tout en poursuivant les enquêtes que la justice burkinabè a déjà  entamé.  En rappel Inoussa Kanazoé et ses assesseurs sont poursuivis entre autre pour usage de faux en écriture de commerce, de tromperie du consommateur, de la fraude fiscale, de l’abus de confiance aggravée, de l’usage frauduleux de numéro IFU, des actes de complicité et de blanchiment des capitaux.

Agatha Boni/Bobo

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.