Un accord a été trouvé entre les agents de terrain chargés de l’enquête sur les ménages et des représentants du projet Filets sociaux, le 24 mai dernier à Tenkodogo. Les agents ont finalement été payés le 1 er juin 2017 et ceux qui avaient déserté la ville ont commencé à la regagner.

“Nous avons reçu la somme de 150 000 F CFA chacun et le reste nous sera donné à la fin du travail d’enquête dès que le cabinet rentrera en possession des fonds”, nous apprend un des leaders du mouvement de contestation qui relève qu’il y a eu une augmentation de 90 000 F CFA et un bonus de 20 000 F CFA, représentant des frais de transports. Avec ces ajouts, chaque enquêteur devrait avoir 420 000 F CFA et chaque contrôleur, 460 000 F CFA.

On note une augmentation sensible, car le cabinet AFET-BF avait prévu de donner 310 000 F CFA à chaque enquêteur et 350 000 F CFA à chaque contrôleur. Encore mieux que ce que le directeur du cabinet AFET-BF, Dieudonné Bakouan, prévoyait de donner aux enquêteurs lors de la formation, 250 000 F CFA.

“Le responsable du cabinet voulait encore nous faire un tour la veille du paiement. Arrivé à Tenkodogo, après s’être entendu avec les responsables du projet sur la somme de150 000 F CFA, il voulait faire une réduction de 15 000 F CFA sur chaque agent de terrain”, avance notre source qui indique que Dieudonné Bakouan a été rappelé à l’ordre par le coordonnateur du projet Filets sociaux. “C’est le nouveau coordonnateur qui a tout fait pour nous payer”, renchérit-il, en souhaitant compter sur lui pour ne plus vivre l’expérience précédente à la fin de l’enquête.

A noter qu’il y a 112 agents de terrain dont 98 enquêteurs et 14 contrôleurs qui ont été recrutés par le cabinet AFET – BF pour effectuer des enquêtes sur les ménages dans la région du Centre-Est, précisément dans les provinces du Boulgou et de Koulpélogo.

Cette étude a été commanditée par le projet Filets sociaux, avec le financement de la banque mondiale. Et les termes de l’accord prévoie que les agents de terrain devraient poursuivre le travail d’enquête jusqu’au 20 juin prochain, histoire de rattraper les deux semaines perdues.

A lire très prochainement sur votre Site d’information les suites de cette affaire, avec les déboires du cabinet AFET -BF avec ses consultants et les confidences d’enquêteurs et d’enquêtrices.

Anderson Koné
Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.