Ne faites pas dans la foule ce que vous ne feriez jamais seul. «Ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons ». L’école semble être le lieu, la rampe de lancement pour tout homme qui aspire à réussir.

L’école où nous ont envoyés nos parents sans être sûrs des résultats qu’ils ont souhaités probants, de tous leurs vœux. L’école ! Nous y passons souvent plus d’un quart de siècle pour accumuler des connaissances qui, de nous, ferons des hommes. De nos jours, le taux d’alphabétisation pris pour preuve, force est de constater que l’école est le passage obligé des enfants. Dans tous les pays du monde, les Etas ont compris que le plus grand héritage à léguer à des enfants, c’est bien une bonne éducation.

Des écoles se créent à tour de bras : des établissements publics d’enseignement général (on en dénombre dans le monde) des écoles privées des établissements supérieurs, des instituts privés de tout acabit et gabarit. La plupart des écoles et établissements encadrent leurs élèves et ne ménagent aucun effort pour leur procurer tous les outils nécessaires à leur réussite. Alors qu’on rentre à l’école pour réussir, certains actes posés dans le cadre scolaire, s’ils ne sont pas bien encadrés, peuvent plutôt mener droit à la prison ou simplement plomber ou hypothéquer l’avenir des élèves et étudiants. Il s’agit particulièrement d’un droit garanti par la constitution : le droit de grève.

L’exercice de ce droit est fortement règlementé. Il n’est pas, en principe interdit dans les écoles et établissements scolaires. De ce fait, il n’est pas, en principe fréquent de voir des manifestations se multiplier en milieu scolaire, qu’elles soient justifiées ou pas.

Les grèves sont le fait de tous les acteurs de la chaîne de l’éducation : professeurs et élèves. Certaines grèves de la rue s’invitent même souvent dans les écoles et tout ceci avec des travers, des conséquences désastreuses. Pour faire face aux manifestations des élèves et étudiants, les responsables des établissements font souvent appel aux forces de maintien de l’ordre pour le rétablir. Il y a des heurts, des courses poursuites, des gaz lacrymogènes : les uns cherchent à faire entendre leur cause et les autres à remplir aux mieux leurs missions.

Faire la grève, c’est-à-dire exercer son droit individuel à manifester sans y contraindre les autres, exige de respecter les organisateurs et les consignes qu’ils donnent pour éviter tout débordement : éviter les armes ; respecter les itinéraires ; ne pas s’en prendre aux biens de tous ou d’autrui ; ne faites pas dans la foule ce que vous ne feriez

Jamais seul. Lorsque pour une raison ou une autre la situation dégénère, rentrez chez vous.

Martial W. Gouba

Pour Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici