Visite des installations de SOCOBIO SA par les officiels

En marge de la tenue de la 2ème édition du Salon international du coton et du textile, à Koudougou, le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré a procédé à l’inauguration officielle de la Société d’égrenage de coton Biologique (SOCOBIO). Avec un investissement de près de 4 milliards de francs CFA, cet ouvrage permettra de créer 100 emplois directes et huit cent emplois indirects qui vont du transport, la production et du coton bio.

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré se prêtant aux question des journalistes

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a inauguré la première usine d’égrenage de coton biologique à Koudougou. Le choix de la ville de Koudougou pour la réalisation de cette usine traduit la volonté du Gouvernement et de ses partenaires à faire de cette ville, un pilier pour l’essor de la filière coton et textile et aussi, l’épicentre de la production du coton biologique.

Les officiels procédant à l’inauguration de l’usine

Cette inauguration s’inscrit dans le cadre de l’axe III du Plan national de développement économique et social qui fait une place de choix à la dynamisation des secteurs porteurs pour l’économie et es emplois à travers le développement d’un secteur industriel et artisanal compétitif, à forte valeur ajoutée et créateur d’emplois décents.

Ligne d’égrenage de dernière génération

Visite des installations de SOCOBIO SA par les officiels

Selon le ministre en charge de l’industrie, cette unité permettra d’éviter la récolte tardive de la production qui entraine l’égrenage tardif du coton graine bio, des retards dans la commercialisation de la fibre de coton bio et autres dérives qui ralentissent l’élan de la chaine de valeur du coton bio. Les parties prenantes au projet sont la société Burkinabè des Fibres Textiles (SOFITEX) et l’Union Nationale des Producteurs de Coton du Burkina (UNPCB) soutenu par l’ONG Catholic Relief Services (CRS).

L’usine SOCOBIO est dotée d’une ligne d’égrenage de dernière génération et a une capacité d’égrenage de 125 tonnes de coton graine par jour, soit 17 500 tonnes de coton graine par campagne. Aussi, cette unité, extensible à deux lignes permis durant la phase de construction de créer 200 emplois majoritairement des jeunes de Koudougou. Pendant la phase d’exploitation, elle génèrera 40 emplois permanents, 100 emplois saisonniers et plus de 500 emplois indirects.

A cela s’ajoute l’augmentation des revenus plus de 8000 petits producteurs dont 60% de femme. Toute chose qui contribuera à consolider la chaine de valeur de la sous filière coton biologique et de lutter contre la pauvreté en milieu rural et consolide le gouvernement dans sa politique de promotion et de valorisation du label coton burkinabè.

L’industrialisation est en marche au Burkina Faso

Harouna Kaboré, ministre en charge de l’industrie

La réalisation de cette usine est le premier pas d’un programme de construction et d’exploitation d’unités industrielles dans chacune des régions du Burkina Faso afin d’exploiter les potentialités de chacune d’elle. C’est ainsi que dans la région du Centre-Est, dans le mois de mars, il y aura la construction d’une usine d’égrenage avec la société Faso Coton, dans la région du Nord pour la transformation de la tomate, dans le Haut-Bassin, les Cascades et le Sud-ouest une unité de transformation des noix d’acajou. Bref, cela veut dire que le développement local voulue par le Chef de l’Etat est en marche, foi de Harouna Kaboré, ministre en charge de l’industrie.

Ousmane Kaboré, Koudougou

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici