Officiels et participants posant pur la postérité

Parvenir à une feuille de route à même de permettre d’adresser efficacement et de façon plus opérationnelle la régulation du secteur des énergies renouvelables au Burkina Faso. C’était l’un des objectifs majeurs du Forum national de la régulation du secteur des énergies renouvelables  qui se tenait du 22 au 23  juillet 2020 à Ouagadougou. Objectif parfaitement  atteint avec en plus la mise en place d’un comité de suivi des engagements contenus dans la feuille de route, à la grande satisfaction des organisateurs et des participants.

Martin Van Dam (micro), coordonnateur du secteur énergies renouvelables de la SNV, a prononcé le mot de clôture du forum

«Réflexion sur l’opérationnalisation de la régulation du secteur des énergies renouvelables au Burkina Faso». C’est le thème du  forum national sur la régulation du secteur des énergies renouvelables qui s’est tenu les 22 et 23 juillet 2020 à Ouagadougou.

Initié dans le cadre du Programme voix pour le changement (V4CP) par les Organisation de la société civile (OSC)  du secteur en l’occurrence SNV, CEAS Burkina, AGEREF/Comoé-Léraba et OCADES Dédougou; le forum national de la régulation du secteur des énergies renouvelables a réuni pendant 48 heures les  représentants des différentes parties prenantes de la question de la normalisation et certification des produits et services d’énergies renouvelables dans le pays.

Sentiments de satisfaction générale

Après deux jours d’échanges francs et constructifs, c’est les sentiments de satisfaction générale qui se dégageaient à la clôture des  travaux intervenue dans l’après-midi du jeudi 23 juillet 2020, à entendre les uns et les autres.

Dans mon mot de clôture du forum, Martin Van Dam, coordonnateur du secteur énergies renouvelables de la SNV,  s’est félicité de la forte participation des différentes parties prenantes et de l’esprit constructif qui a prévalu tout au long des travaux, saluant l’organisation de CEAS Burkina et l’ouverture de l’ANEREE ; ce qui a permis de parvenir à des résultats.

Gilbert Kazienga, conseiller technique en énergies renouvelables à la SNV

«Pour nous, cela a été un exercice assez enrichissant au regard de la qualité des échanges et des résultats auxquels nous sommes parvenus», a assuré Eric Pouya, directeur du contrôle et des textes de conformité énergétique de l’ANEREE.

«Nous avons assisté à des échanges francs qui ont permis d’aboutir à des conclusions intéressantes qui vont beaucoup servir sur cette question de la régulation du secteur des énergies renouvelables», a noté de son côté Gilbert Kazienga, conseiller technique en énergies renouvelables à la SNV.

«Nos remerciements pour la confiance et pour nous avoir permis de prendre à part à ce forum qui va contribuer à l’atteinte des objectifs en matière de régulation du secteur des énergies renouvelables au Burkina Faso», a indiqué, au nom de tous les participants, Ada Siko, directrice de la normalisation et de l’audit énergétique de l’ANEREE. Pour sa part, le modérateur du forum, Francis Simporé de 2IE a relevé la bonne attitude des participants, leur assiduité aux travaux, ce qui a permis d’atteindre les objectifs. A savoir une connaissance par  toutes les parties prenantes des évidences produites par les OSC dans le cadre du programme V4CP ; le point de l’état des lieux de la normalisation et certification des produits et services d’énergies renouvelables au Burkina Faso. Et ce n’est pas tout.

Feuille de route pour  opérationnaliser des normes de régulation

Officiels et participants posant pour la postérité à l’ouverture du forum

Pour favoriser l’opérationnalisation des normes de régulation du secteur des énergies renouvelables, les forumistes ont adopté une feuille. Sur cette feuille de route, l’on peut relever un certain nombre de recommandations.

Concernant les équipements et matériels d’énergie renouvelables, les participants au forum préconisent :

-engager la réflexion pour la mise en place d’un Fonds pour le renforcement des financements à travers l’octroi de micro crédit ou la facilité de payement (payement à tempérament) pour permettre utilisateurs (ménages ruraux, associations et organisations du milieu rural, ménages urbains,PME/PMI) d’accéder au marché des équipements et services ER de qualité ;

-multiplier  les initiatives de projets d’énergies renouvelables pour faciliter l’accès au grand nombre tout en tirant profit des leçons apprises des projets menés avec un accent particulier sur le service après-vente/installation et la pérennité des installations.

Pour ce qui est de la promotion des services d’énergies renouvelables, les forumistes suggèrent entre autres :

-valoriser l’enseignement dans le domaine de l’ER ; « promotion des filières ENR filières des installateurs PV

-renforcer  les connaissances des formateurs  intervenant dans le secteur de l’ER FC ;

-plaidoyer pour l’inscription d’activités ER dans les plans locaux de développement ;

-sensibiliser les collectivités à la problématique des ER ;

-disposer des référentiels de métiers compétences et de formation dans le secteur des ER.

Délivrance des agréments des entreprises

S’agissant de la politique et règlementation du secteur des énergies renouvelables au Burkina Faso ; les participants au présent forum recommandent entre autres :

-la relecture de l’article 303 de la loi de finance 2017 en vue l’actualisation de la liste des équipements exonérés ;

-la certification des installateurs ;

-la délivrance des agréments des entreprises ;

-l’organisation des acteurs ;

-l’élaboration d’un texte sur les normes acceptables sur les équipements ;

-’élaboration d’un guide d’efficacité énergétique dans le bâtiment.

Comité de suivi mis en place

Dernier acte du forum et non le moins important : la mise en place d’un comité de suivi fort de 7 membres comprenant des représentants de la société civile, du secteur privé, des collectivités territoriales et de structures en charge de la régulation, notamment l’ANEREE et l’ABNORM. Le comité de suivi est présidé par le représentant de la Coalition CNPDER-BF.

Avec ces résultats obtenus au cours  du forum, l’espoir est permis. Pour le coordonnateur Martin Van Dam, ce n’est qu’un début. Et d’exhorter les participants à poursuivre la dynamique enclenchée et surtout à ne pas perdre de vue l’objectif final recherché, à savoir la satisfaction du consommateur (en milieu rural ou en périphérie) à travers la délivrance d’équipements et services d’énergies renouvelables de qualité.

«Au-delà des débats passionnés que suscitent la question entre nous, nous devons toujours avoir à l’esprit la nécessité de faire en sorte que les populations, nos parents au village puissent en profiter au finish. C’est cela tout le sens des combats, des efforts que nous menons», a-t-il conclu.

Grégoire B. Bazié & Aziz Yoda

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici