Les membres du gouvernement burkinabè ont repris officiellement le travail ce mercredi, après quelques semaines de vacances.  C’est le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, qui a présidé les travaux de ce premier conseil des ministres. Les défis à relever court et moyen termes pour l’exécutif burkinabè sont entre autres la gestion des conséquences des inondations ; les élections couplées du 22 novembre, sans oublier la rentrée scolaire.

Sur la question des inondations, le Premier ministre Christophe Dabiré a exprimé la compassion du gouvernement aux personnes affectées,  assurant que le gouvernement œuvrera à leur apporter un réconfort.

Mieux, le conseil des ministres a déclaré l’état de catastrophe naturelle, avec instruction ferme donnée au ministre de l’économie, des finances et du développement, de mettre sur pied une ligne de crédit de 5 milliards de francs CFA pour faire face aux urgences causées par ces inondations.

L’autre défi du pays sur lequel le gouvernement est attendu, c’est la tenue des élections du 22 novembre 2020. Là-dessus, le chef du gouvernement s’est voulu également rassurant. Le gouvernement œuvrera, a-t-il dit,  à ce que «ce scrutin soit surtout apaisé, avec des résultats transparents et crédibles».

En outre, l’équipe Dabiré œuvrera  à la poursuite de la mise en œuvre des chantiers du quinquennat du président Roch Marc Christian Kaboré, candidat à sa propre succession. A ces défis à relever, il faut ajouter ceux de la rentrée scolaire, de la poursuite de la lutte contre la pandémie du Coronavirus et de la lutte contre le terrorisme.

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici