Le présidium d'ouverture de la conférence régionale du Comité inter-parlementaire (CIP) G5-Sahel sur la sécurité

C’est sur des notes de satisfaction que s’achevée ce vendredi 16 octobre 2020 à Ouaga 2000 la conférence régionale du Comité inter-parlementaire (CIP) G5-Sahel.  L’allocution de clôture du président en exercice du CIP G5-Sahel  Bala Sakandé a été livrée par son représentant, Adama Sosso, deuxième vice-président de l’Assemblée nationale.

Le présidium d’ouverture de la conférence régionale du Comité inter-parlementaire (CIP) G5-Sahel sur la sécurité

«Les conclusions auxquelles vous êtes parvenues, après des échanges très fructueux, devront nous permettre, entre autres :

-de renforcer le contrôle parlementaire de la gouvernance de la sécurité ;

-de gagner la confiance des populations de notre espace à travers le renforcement de la gouvernance publique ;

-d’intensifier la coopération interparlementaire du G5 Sahel avec une bonne collaboration entre nos parlements respectifs et les institutions nationales de sécurité ;

-de renforcer les liens entre les parlements, les services de renseignement et les organisations de la société civile dans la lutte contre le terrorisme».

Ce sont là les principaux résultats de la conférence régionale du Comité inter- parlementaire (CIP) G5-Sahel tenue du 14 au 16 octobre 2020 à l’hôtel Laico de Ouaga 2000.

Travaux en ateliers, panels d’ouverture et clôture

Des principaux résultats dressés ici dans cet extrait du discours de clôture du président en exercice du CIP G5-Sahel  Bala Sakandé prononcé par son représentant, Adama Sosso, deuxième vice-président de l’Assemblée nationale.

La conférence a porté sur le thème de «Contrôle Parlementaire de la gouvernance du secteur de la Sécurité dans les pays du G5 Sahel».

Ainsi, les travaux en atelier ont permis d’aborder les thématiques suivantes :

-les défis de mise en œuvre du contrôle démocratique du secteur de la sécurité dans les pays du G5 Sahel ;

-le cadre institutionnel et juridique de protection des citoyens de l’espace G5 Sahel dans le contexte de la lutte contre le terrorisme ;

-les facteurs déterminants pour la réussite d’une pleine participation des populations du Sahel à la lutte contre le terrorisme ;

-les actions et approches de développement pour assurer un développement durable et inclusif dans l’espace sahélien.

En outre, les panels d’ouverture et de clôture ont permis de tracer les pistes d’une pleine participation des citoyens du Sahel dans la lutte contre le terrorisme et, les actions concrètes pour placer les parlements de la région au cœur de la lutte anti-terroriste.

Vers une meilleure expertise, des innovations

Photo de famille des officiels et participants de la conférence régionale du CIP G5 Sahel tenue du 14 au 16 octobre 2020 à Ouagadougou

Toutes ces voies et moyens pour un meilleur contrôle parlementaire du secteur sécuritaire sont intégrés au plan d’actions issue de la présente conférence.

Au sortir de la conférence, il a été également souligné la nécessité de disposer d’une meilleure expertise au sein des CODES et/ou d’en solliciter pour exercer efficacement les missions parlementaire ; le besoin de réalisation d’études spécifiques sur le secteur de la sécurité dans les pays membres ; l’impératif d’innover dans les modalités de contrôle dans l’action gouvernementale sur le secteur sécuritaire ; et l’ouverture vers la réalisation de missions conjointes de terrain des CIP-G5 Sahel, notamment sur les zones transfrontalières.

« Cette conférence régionale aura permis au Comité Inter-parlementaire du G5 Sahel de se positionner définitivement comme le cadre de convergence et d’animation des parlements du secteur de la sécurité», s’est félicité Dr Jean Marie Traoré, conseiller technique du Programme commun d’appui à l’Assemblée nationale du Burkina Faso (PROCAB), qui soutient l’action du CIP G5 Sahel.

Contrôles parlementaire et civil

 Présent à la clôture de la conférence Ibn Chambas, représentant spécial du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique, a apprécié à sa juste valeur l’initiative des parlementaires du G5 Sahel et de leurs partenaires ; exprimant la disponibilité des Nations à toujours les accompagner.

«Le contrôle parlementaire et le contrôle civil sont des éléments clés de la bonne gouvernance dans le domaine de la sécurité dans l’espace G5 Sahel », a-t-il relevé en guise d’exhortation.

 

Martin Philippe

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici