Les travaux du dialogue politique ont repris ce lundi à Kosyam entre la délégation de la majorité et celle de l'opposition

Suspendus en juin dernier, les travaux du dialogue politique Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) -Chef de file de l’opposition politique (CFOP) ont repris ce lundi 27 septembre 2021 à Kosyam.

Eddie Comboigo (à gauche) et Vincent Dabilgou (à gauche) conduisent respectivement l’APMP et le CFOP

Ce lundi 27 septembre, l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) conduite par Vincent Dabilgou  et Chef de file de l’opposition politique (CFOP) mené par Eddie Comboigo, étaient de nouveau face à face dans le cadre de la reprise des travaux du dialogue politique  suspendus en juin dernier.

«Signe de la maturité de la classe politique»

Pour Vincent Dabilgou, cette reprise est le signe de la maturité de la classe politique et de l’engagement des acteurs à préserver l’intérêt supérieur du pays.

Ce rendez-vous permettra d’échanger autour de grandes questions touchant la vie de la Nation, a rappelé pour sa part Eddie Comboigo.

«Ce dialogue politique reprend sous de meilleurs auspices, les deux parties vont reprendre les discussions là où elles s’étaient arrêtées la dernière fois», a assuré pour sa part Clément P. Sawadogo, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

Simon Compaoré, le grand absent de la reprise du dialogue politique

Simon Compaoré (à droite) au sortir du dialogue politique suspendu le 19 juin dernier à la demande du CFOP, est le grand absent de la reprise avec le changement intervenu à la tête du MPP

Il est à noter que ce dialogue reprend au lendemain de la clôture du deuxième congrès extraordinaire du parti au pouvoir qui a vu Simon Compaoré céder sa place de président du MPP à Alassane Bala Sakandé, nouveau président.

Simon Compaoré est l’est des grands absents à cette reprise du dialogue politique majorité –opposition.

Au menu des discussions entre pouvoir –opposition figurent ces questions d’intérêt national : sécurité, réconciliation nationale, relecture du code électoral dans le cadre du déroulement des élections municipales et régionales de mai 2022.

Faut-il le rappeler, c’est à la demande de l’opposition que le dialogue avait été suspendu le 19 juin dernier. Et à entendre son chef Eddie Comboigo, les conditions de la reprise ont été réunies. Et il ne reste qu’à souhaiter des discussions fructueuses dans l’intérêt supérieur de la Nation.

Christian Tas

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.