Pour Le Lion, les mesures de recadrage annoncées par Simon Compaoré, sont une erreur

Sur les antennes d’une radio de la capitale, ‘’la Radio 100% urbaine’’, Boukary Kaboré dit «Le Lion» s’est prononcé ce jeudi sur les mesures de recadrage des Kolglweogo annoncées il y a quelques jours par le ministre en charge de la sécurité, Simon Compaoré. La réaction du président du Parti pour l’unité nationale et le développement (PUND) intervient au lendemain de l’assemblée générale des groupes d’auto-défense à Kombissiri. Assemblée générale au cours de laquelle les Kolglweogo ont rejeté en bloc les mesures de recadrage du ministre d’Etat Compaoré.

Pour Le Lion, les mesures de recadrage annoncées par Simon Compaoré, sont une erreur
Pour Le Lion, les mesures de recadrage annoncées par Simon Compaoré, sont une erreur

Pour avoir l’avis de Boukary Kaboré dit «Le Lion» sur la décision des Kolglweogo de ne pas se soumettre aux mesures de recadrage du ministre de la sécurité ; la Radio Watfm a invité ce jeudi Boukary Kaboré dit «Le Lion». Faut-il le rappeler, le président du Parti pour l’unité nationale et le développement (PUND) était de l’assemblée générale des Kolglweogo à Kombissiri, AG au cours de laquelle les groupes d’auto-défense ont décidé d’ignorer les mesures de recadrage annoncées par Simon Compaoré.

Le Lion ne voit aucune pertinence aux mesures de recadrage. Il refuse même de croire que ces mesures soient du gouvernement. Il a parlé d’erreur de communication, se demandant si Simon avait parlé en son nom ou en celui du gouvernement. Pour lui, l’action des Kolglweogo est tellement louable que de telles mesures de recadrage sont insensées. Les Kolglweogo rendent, à son sens, d’immenses services aux populations en termes de sécurité, choses que les forces de sécurité républicaines n’arrivent pas, dit-il, à assurer.

Pour le Lion, les Kolglweogo rendent d'immenses services aux populations
Pour le Lion, les Kolglweogo rendent d’immenses services aux populations

A écouter le Colonel Kaboré, les populations reconnaissent l’action des Kolglweogo tant leurs services sont indéniables. Et pour toutes ces raisons, il ne s’imagine pas que l’Etat puisse prendre d’éventuelles mesures de répression contre les Kolglweogo pour leur refus de se soumettre au recadrage du ministère de la sécurité. Car, le faire, serait, dit-il, aller contre les intérêts des populations. Pour lui, «qui est contre les Kolglweogo, est contre le peuple».
Le Lion a par ailleurs laissé entendre qu’il n’a pas pris part à l’AG des Kolglweogo en tant que chef de parti politique. Il y a participé en sa qualité de membre des groupes d’auto-défense.

Martin Philippe
Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici