A la fin des 72 h de grève du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC), le secrétaire général , Sidiki Dramé, visiblement satisfait de la mobilisation de ses camarades, a annoncé la prospection de nouvelles méthodes de lutte .
synatic

« Nous nous préparons à expérimenter d’autres formes de lutte », a-t-il lancé, en parlant de grèves perlées. De ses explications, les agents pourraient commencer le travail à 7h 30, observer la pause à 12h 30, reprendre le boulot à 13h 30 pour descendre à 15h 30. Cela dit, il a avancé que le bureau donne rendez-vous le vendredi 7 octobre prochain au Centre de presse Norbert Zongo (CPNZ) pour une conférence de presse puis suivra une assemblée générale (AG) le 11 octobre prochain dans la cour de la télévision nationale. A l’occasion, a-t-il relevé, des grandes décisions seront prises pour la lutte « qui ne fait que commencer ».

Après avoir salué la mobilisation à l’intérieur du pays (Bobo Dioulasso, Ouahigouya, Koudougou, Kaya, Léo, Gaoua, Boromo, Dédougou, Banfora, Pô et Boromo), il a indiqué que le mouvement a été suivi à 100% à la radio Arc en ciel, à la radio Burkina, au SIG, à la télévision du Burkina, à l’AIB, à Sidwaya et à la web diffusion.

Selon lui, ce succès incombe à tous les agents qui constituent la force du syndicat. Et il a salué la présence des chefs de service et les bonnes volontés des médias d’Etat qui ont fait des dons financiers et matériels pour booster la lutte. Une mention particulière a été faite au chef du service des programmes de la télévision, Oumar Yago, qui a vaillamment résisté aux menaces, pressions de ses responsables et de la haute hiérarchie. Aux chefs de services, il a dit qu’ils n’ont aucune inquiétude à se faire, car tout dirigeant qui tentera de les intimider et les sanctionner pour faits de grève trouvera le Synatic sur son chemin.

Partant de là, il a délivré des cartons rouges aux dirigeants des organes de presse et leurs collaborateurs qui ont tenté de briser la lutte. Sa conviction, « Nous avons déjà fait des sacrifices et il faut persévérer et tenir. Nous sommes sur le bon chemin », a-t-il noté en saluant les devanciers venus soutenir les jeunes. Pas seulement, il a salué, la CGTB, le REN/LAC ET LE SYNAMUB .

Mathias Lompo
Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.