Des membres de l’organisation internationale Makesense séjournent au Burkina Faso, deux semaines durant. Objectif, dynamiser le mouvement de l’entrepreneuriat social pour la sécurité et la souveraineté alimentaire, ainsi qu’animer une plateforme multi-acteur permettant d’échanger les meilleurs pratiques à l’échelle des petits entrepreneurs sociaux.
mamba

Selon Victoria Peter, membre du conseil d’administration de Makesense et responsable programme Food security, la délégation va identifier les acteurs qui portent des projets, avec des problèmes de démarrage; identifier les défis; mobiliser les comités locaux pour les former en vue de la mise en place de structures plus durables. A l’occasion, des ateliers seront organisés pour cadrer les défis des entrepreneurs, suivie de la mise en place des solutions.

L’enjeu ici, a indiqué, Mamba Souaré, initiateur de Makesense en Afrique et responsable de son développement en Afrique de l’ouest, c’est de créer des entreprises avec un double objectif: la rentabilité financière et l’utilité sociale. Il a pris en exemple la surproduction alimentaire en période hivernale. Pour lui, il va s’agir d’aider les jeunes entrepreneurs avec des techniques de conservation portant sur la quantité, la qualité et l’accessibilité.

M. Souaré a dit que Makesense existe déjà au Burkina Faso, depuis 3 à 4 ans, avec entre autres, Faso Shop, Faso pro, One dollar glasses.
En 5 ans, MakeSense.org a mobilisé les idées et la créativité de plus de 20 000 volontaires dans plus 100 villes du monde pour apporter des solutions concrètes aux Objectifs du Développement Durable, a déclaré Mamba Souaré.
Initié à Paris, le mouvement s’est étendu dans le monde, de Dakar à Mexico en passant par Beyrouth et Manille et il compte 20 000 bénévoles qui se mobilisent sur le terrain pour apporter des réponses concrètes à des enjeux tels que le futur des déchets, la sécurité alimentaire, l’autonomisation des Femmes, l’éducation et la santé de qualité pour tous…
victoria

Sur www.makesense.org, les bénévoles choisissent le problème qu’ils veulent résoudre et découvrent les entrepreneurs sociaux qu’ils peuvent aider sur cette cause. Cet engagement se concrétise dans la vraie vie lors d’ateliers de créativité « Hold-Up d’Idée », où sont conçues des solutions concrètes au défi proposé.

Voici quelques exemples de défis qui ont été résolus :
– Comment générer plus de revenus ?
– Aidez-nous à planifier notre stratégie de développement !
– Imaginez notre stratégie crowd-funding !
– Comment attirer et mobiliser une communauté de volontaires ?
– Quel nom devrions-nous donner à notre projet ?
– Imaginez une campagne de communication virale sur les réseaux sociaux !
-Quelle pourrait être la meilleure expérience utilisateur sur notre application ? Et bien d’autres !

Anderson Koné
Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.