Le tribunal de grande instance de Bobo Dioulasso a ouvert, ce mardi 28 février 2017, le procès du ministère de la Santé contre la Manufacture Burkinabè de Cigarettes (MABUCIG) pour non-respect de la règlementation relative au conditionnement et à l’étiquetage des produits de tabac. JUSTICE

Pour la deuxième fois, MABUCIG a souhaité le règlement du problème à l’amiable. Cela dit, elle a souhaité un report du procès pour le 21 mars prochain. Et elle a été suivie par le président du tribunal.
.
Selon Maitre Bayala Idasso Rodrigue, avocat de MABUCIG, « les gens s’excitent pour rien car ce dossier, il est absolument vide, il n’y a rien et il n’y a aucune infraction… Nous sommes conscients qu’il faut respecter la règlementation car tout ce que nous produisons tue, mais qu’on ait des textes qu’on peut appliquer, c’est ce que nous demandons», a-t-il avancé.

A noter que le Burkina Faso a adopté une loi antitabac et des décrets d’application, en 2006. Une d’entre elle porte sur le conditionnement et l’étiquetage des produits de tabac. Passé le délai du 17 avril 2016 imparti aux firmes pour se conformer aux nouvelles règlementations, le ministère de la santé a esté une action en justice contre MABUCIG.

Dominick Da
Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.