Bambou Bihoun, nouveau président de l'UNPCB, a pris officiellement fonctions ce 4 mars 2017, ainsi que les membres du conseil d'administration

Bambou Bihoun,  nouveau président de l’union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB)  et les membres de son conseil d’administration ont officiellement pris fonctions le samedi 4 mars 2017 à Bobo-Dioulasso. La cérémonie d’installation a été présidée par le ministre en charge de l’agriculture et des aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo.

Bambou Bihoun, nouveau président de l'UNPCB, a pris officiellement fonctions ce 4 mars 2017, ainsi que les membres du conseil d'administration
Bambou Bihoun, nouveau président de l’UNPCB, a pris officiellement fonctions ce 4 mars 2017, ainsi que les membres du conseil d’administration

La crise qu’avait traversée la culture cotonnière il y a de cela des années n’est à présent qu’un passé lointain. En effet, une administration provisoire avait été mise en place afin d’assurer la gestion des affaires courantes de l’union, mais également et surtout conduire le processus de renouvellement des organes de l’UNPCB.  Mais grâce aux efforts et sacrifices consentis par  les acteurs concernés, cette crise a pu être résolue. Dorénavant la faitière cotonnière du Burkina connaitra un inédit visage, et ce avec l’arrivée du nouveau président Bambou  Bihoun ainsi qu’avec l’ensemble des membres du conseil d’administration, du conseil de surveillance et des commissions spécialisés.

Elu le 28 février 2017 lors de l’assemblée générale extraordinaire pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois, il devra avec l’ensemble de ses membres travailler d’abord à la bonne gouvernance de l’UNPCB, à rehausser l’image de la faitière, travailler aussi à assainir le monde cotonnière qui occupe une place primordiale dans l’économie du Burkina Faso. Pour le ministre de l’agriculture et des aménagements hydrauliques Jacob Ouédraogo, qui a présidé cette cérémonie d’installation, il se réjouit de la sortie de crise de l’UNPCB, gage de la volonté de tous d’en finir avec la situation de suspicion, de méfiance au sein de ladite structure, situation ressentie au niveau national avec les conséquences qu’elle a engendré au sein des autres organisations des producteurs. « C’est l’occasion pour moi de lancer un appel au monde rural et à toutes les faîtières, de tirer leçon de la crise de l’UNPCB, et évoluer surtout vers la défense des intérêts communs des producteurs, en lieu et place des intérêts personnels.

Photo de famille à l'issue de la cérémonie d'installation des nouveaux responsables de l'UNPCB
Photo de famille à l’issue de la cérémonie d’installation des nouveaux responsables de l’UNPCB

Quant aux ministères en charge du monde rural, nous jouerons notre partition, et l’exploitation des textes de l’acte uniforme nous permettra de prendre les mesures nécessaires  pour assurer le respect de la bonne gouvernance au sein des organisations du monde rural(…).Au regard de ce que nous avons vécu ces dernières années, votre mandat se trouve dans l’obligation de se placer sous le signe de la recherche de la cohésion des membres de l’UNPCB, de la réconciliation et de la bonne gouvernance. » a laissé entendre le ministre de l’agriculture. Conscient de l’enjeu de la filière cotonnière dans le développement socio-économique du pays, le nouveau mandataire devrait avec l’ensemble de ses collaborateurs se donner la main, travaillé dans un esprit d’équipe afin de redonner à ce secteur son lustre d’antan.  «  J’ai déjà en mémoire trois priorités, travaillé à l’unité entre tous les producteurs de coton, redorer le nom de la faîtière des producteurs de coton et renforcer la confiance des partenaires de l’UNPCB, et tout mettre en œuvre afin que le Burkina maintienne sa place de premier producteur de coton en Afrique. » a promis le nouveau responsable de l’UNPCB Bambou Bihoun. Il n’a pas manqué d’exhorter tout le personnel à travailler de tout cœur à la tâche pour laquelle ils ont été recrutés afin d’accompagner les producteurs de coton dans l’atteinte de leurs objectifs.

En rappel, l’Union Nationale des Producteurs de Coton du Burkina (UNPC-B) créée le 15 avril 1998, et autrefois régie par la loi n°014/99/AN portant règlementation des sociétés coopératives et groupements au Burkina Faso, est désormais sous l’Acte Uniforme du droit des sociétés coopératives, de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA).

Dorcas Murielle Ouédraogo/Bobo

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.