La puissante confédération syndicale, Cosatu a appelé le chef de l’Etat sud-africain Jacob Zuma, à démissionner, ce mardi matin 4 avril 2017. Elle explique qu’elle n’a plus confiance en lui après le remaniement ministériel controversé de la semaine dernière, qui n’en finit pas de faire des vaguesJacob-Zuma-in-Germany.

Après le parti communiste, l’allié historique de l’ANC prend ses distances. « Nous n’avons plus confiance en ses capacités de leadership », a indiqué le secrétaire général de la confédération syndicale de la Cosatu, Bheki Ntshalintshali, estimant que le remaniement avait été conduit sur des questions de « loyauté politique » et non de « mérite ».

Le patron du syndicat a déclaré que le moment était venu pour Jacob Zuma de « démissionner » après le remaniement de la semaine dernière. Celui-ci a notamment entraîné le départ du ministre des Finances, Pravin Gordhan qui avait beaucoup fait pour la lutte contre la corruption dans le pays.
Dans la nuit de jeudi à vendredi, Jacob Zuma a nommé dix ministres et autant de vice-ministres, pour la plupart considérés comme ses proches, à l’image du nouveau titulaire du portefeuille des Finances, Malusi Gigaba.

Aujourd’hui, non seulement l’opposition appelle à la démission du chef de l’Etat, mais aussi ses propres alliés. C’est du jamais vu et la question est : que va faire l’ANC, son parti, qui est plus que jamais divisé ?

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.