Les responsables syndicaux en tête de cortège de la manifestation de ce 1er mai 2017

A l’accoutumée, la Confédération Générale du Travail du Burkina (CGT-B) en association avec les autres, remettent leur cahier de doléance aux autorités en charge du travail chaque 1er mai. La tradition a été encore respectée ce matin à la Caisse nationale de sécurité sociale par  les travailleurs burkinabè qui sont sortis en grand nombre.

Les responsables syndicaux en tête de cortège de la manifestation de ce 1er mai 2017

Le 1er mai marque la commémoration de la fête des travailleurs partout dans le monde.A l’occasion,  des associations, des syndicats  des employés  expriment des doléances en vue de  l’amélioration de leurs conditions de vie et travail.

A Ouaga, pour  respecter cette tradition  plusieurs associations syndicales  telles la confédération  syndicale Burkinabé(CSB) ; Force Ouvrière –Union Nationale des  syndicats (FO-UNS ; Organisation  Nationale des syndicats Libres(ONSL) ont été à la Caisse Nationale de Sécurité ce matin pour rencontrer leur ministre de tutelle Clément Pegwendé Sawadogo à qui ils ont remis leur cahier de doléances. Ce cahier contient les préoccupations des travailleurs du Burkina Faso, y compris les acteurs du privé. Mêmes les préoccupations  des jeunes  et surtout les étudiants sont aussi consignées dans ce cahier.

Les autorités du travail prônent le dialogue

Le ministre de la fonction publique Clément Sawadogo (en lunettes et à droite), accompagné d’autres membres du gouvernement, est venu recevoir himself le cahier de doléances des organisations syndicales

Selon le secrétaire général  de la Confédération du Travail du Burkina (CGT-B) Bassolma Bazié la cherté  de vie constatée, l’augmentation des prix des  produits de première nécessité ces dernières années au Burkina sont le fait des dirigeants du pays qui refusent  de s’occuper des préoccupations des travailleurs. Et d’appeler les syndicats à la résistance face aux différentes attaques visant à les déstabiliser.

Pour le ministre du travail, de la fonction publique et de la sécurité sociale, Clément P. Sawadogo, le dialogue est la voie ultime par laquelle les travailleurs trouveront certainement des solutions à leurs  problèmes. C’est d’ailleurs le souci majeur du gouvernement qui vient de créer récemment un Conseil de concertation National, cadre où tous les sujets seront traités sans tabou a laissé entendre le ministre Sawadogo.

C’est dans une ferveur de mobilisation générale  que les travailleurs ont battu le macadam ce 1er mai 2017 à travers les artères de la ville de  Ouagadougou.

Olivier koffi

Burkina Demain

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.