Les manifestants ont observé un sit-in d'une demi-journée pour d'abord interpeller qui de droit

Les agents du Syndicat national des administrateurs civils, des Secrétaires et adjoints administratifs du Burkina / section Hauts-Bassins (SYNACSAB) ont observé ce mercredi 28 juin, un sit-in devant le gouvernorat  afin d’interpeller leur ministre de tutelle, surtout le chef du gouvernement sur les mauvaises conditions de travail qu’ils subissent depuis  quelque temps. Un sit-in qui n’a duré juste que la demi-journée.

Les manifestants ont observé un sit-in d’une demi-journée pour d’abord interpeller qui de droit

Dans la matinée de ce mercredi 28 juin 2017, les administrateurs civils des Hauts-Bassins ont observé un mouvement devant le gouvernorat des Hauts-Bassins. Et pour cause, l’indifférence de leur ministre de tutelle, surtout le chef du gouvernement face à leurs conditions médiocres de travail, disent-ils.

Plateforme revendicative déposée mais sans suite

 

Selon le secrétaire régional du syndicat national des administrateurs civils, des secrétaires et adjoints administratifs du Burkina,

Mathieu Tinguéri, secrétaire régional du syndicat national des administrateurs civils, des secrétaires et adjoints administratifs du Burkina

, leur plateforme revendicative avait été déposée auprès de leur ministre, mais après plusieurs mois, aucune réaction n’a été observée de la part de ces derniers. Toute chose qui fâche  car ils vivent, disent-ils, dans des conditions de travail dommageables et se sentent défavorisés. Face à tout cela, ils ne pouvaient pas rester silencieux, leurs droits se trouvant brimés. C’est ainsi qu’ils ont décidé par le présent sit-in d’une demi-journée, d’interpeller leur ministre, surtout le chef de gouvernement sur leurs situations difficiles de travail.

Plusieurs requêtes dans leur plateforme

La plateforme déposée comporte plusieurs requêtes telles que la restauration de l’autorité de l’Etat, la construction et l’équipement au niveau des préfectures, des hauts commissariats et des gouvernorats, des plans de carrière pour les agents administrateurs civils, des affectations hors-normes, la formation initiale et continue mais surtout adaptée aux besoins des agents.

« Je ne vais pas vous dire quelque chose, mais j’allais vous dire de faire un tour dans les préfectures, dans les gouvernorats, ou dans les départements, vous allez vous rendre compte que nos autorités vivent dans des taudis, ils sont à moto, et il y a des endroits où  il n y a même pas de toilettes, et nous avons trouvé que cela n’est pas normal pour un représentant du chef de l’Etat, ce n’est pas du tout normal » déplore Mathieu Tinguéri, secrétaire régional du syndicat.

La nécessité d’une bonne gestion administrative

Selon les manifestants, tout programme de développement ne peut se faire sans une bonne gestion de l’administration du territoire. «  C’est au Burkina Faso que l’on constate cette faible organisation du territoire et c’est ce qui joue surtout sur le développement. Malheureusement les gens ne perçoivent pas cela….. C’est au Burkina que l’on néglige les autorités et cela n’est pas normal » poursuit le SG.

Administration publique politisée

Le plus délicat sur le terrain, c’est que l’administration publique au Burkina est fortement politisée. Cependant la solution est de mettre les hommes qu’il faut à la place qu’il faut.  Et si à l’issue de ce mouvement d’une demi- journée, le gouvernement ne réagit toujours pas, ils passeront simplement à la vitesse supérieure, promettent-ils.

Agatha Boni

Burkina Demain/Bobo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici