Les membres du présidium de la conférence de presse de lancement à Ouaga de la 3ème caravane ouest-africaine des défenseurs de lutte pour la terre et l’eau

La caravane ouest africaine de la Dynamique burkinabè de la Convergence globale des luttes pour la terre et l’eau – Ouest africaine (CGLTE-OA) a été lancée ce lundi 15 novembre 2021 à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse.  C’est Alassane Nakandé, point focal de la Convergence globale des luttes pour la terre et l’eau – ouest africaine au Burkina Faso, qui animé principalement la conférence de presse.

Une vue des journalistes qui ont participé à la conférence de presse de lancement

Convergence Globale des Luttes pour la Terre et l’Eau –Ouest Africaine est un mouvement social de base qui lutte pour le maintien des ressources naturelles telles que la terre, l’eau et les semences paysannes entre les mains des communautés.

En effet, explique le conférencier Alassane Nakandé, ces ressources sont de plus en plus convoitées et font l’objet d’accaparement par des multinationales et d’autres entités privées ; tout cela au détriment des communautés. Ce phénomène est presque commun à l’espace de l’Afrique de l’ouest. Le monde paysan se voit spolié, exproprié des terres et la perversion vers un système semencier et de productions marchandisées, monétarisées avec le plus souvent la caution des gouvernants et les institutions sous- régionales et internationales à travers des politiques agricoles inadéquates, inégalitaires au profit des lobbies financiers.

Défendre nos droits à la souveraineté alimentaire

Cette stratégie de liquidation de la paysannerie par le biais d’accaparement des terres et des ressources naturelles, a conduit à la synergie des acteurs du Monde rural pour faire un front commun afin d’influencer et d’inverser cette tendance ; d’où l’avènement de la Convergence Globale des Luttes pour la Terre et l’Eau Ouest Africaine (CGLTE-OA) depuis juin 2015 et celui de la dynamique du Burkina Faso créée en juin 2016 dont l’objectif général est d’influencer les politiques et les textes législatifs sur le foncier, l’eau, les ressources naturelles et les semences dans l’espace CEDEAO et l’UEMOA pour défendre nos droits à la souveraineté alimentaire et promouvoir l’agro- écologie paysanne en s’appuyant sur le droit à l’alimentation.

Ces regroupements constituent un creuset de mobilisation et d’élévation de conscience de la communauté paysanne afin qu’elle puisse plaider et influencer les politiques et institutions pour une souveraineté et une sécurité alimentaires. Plusieurs organisations et faitières ainsi que des acteurs diversifiés conjuguent leurs efforts pour un meilleur être et devenir du monde paysan à l’abri de l’apprivoisement, de la privation et de la rupture de la relation harmonieuse et équilibrée d’antan entre l’Homme et la Nature.

La caravane du 20 novembre 2021 au 11 décembre 2021

Pour mieux canaliser les énergies et constituer une masse critique considérée, une quinzaine de plateformes existent en Afrique et s’organisent autour des plans d’actions. Une des approches d’ensemencement et de mise à l’échelle des combats transfrontaliers reste la caravane sous régionale qui mobilise des centaines d’organisations et des milliers de paysans et paysannes tous les deux ans. A cet effet, la 3e édition de la caravane est organisée du 20 novembre 2021 au 11 décembre 2021.

Elle se lancera de la Gambie, traversera le Sud du Sénégal, la Guinée Bissau, la Guinée et prendra fin en Sierra Léone. Elle verra la participation des 15 plateformes nationales des pays de la CEDEAO plus la Mauritanie.

Elle a pour objectif de contribuer au renforcement des communautés de base en vue d’interpeller les décideurs pour l’amélioration des politiques et textes législatifs avec l’implication des chefs coutumiers/traditionnels pour une gouvernance inclusive, progressiste, juste et équitable tant dans les terroirs qu’au niveau national et régional sur le foncier, l’eau, les semences paysannes pour une transformation sociale en Afrique de l’Ouest prenant en compte l’agriculture familiale basée sur l’Agroécologie paysanne pour une souveraineté alimentaire. La singularité de la caravane de 2021 se traduit par une implication forte des responsables coutumiers et des universitaires.

COP 26 alternative pour protester contre la lenteur

La question de la protection des défenseurs et des communautés en lutte pour les droits à la terre, à l’eau et aux semences paysannes sera abordée de manière conséquente pour poursuivre la vision dans le but d’aboutir à une agroécologie paysanne et une souveraineté alimentaire.

Aussi, une COP 26 alternative se tiendra pour protester contre la lenteur de l’application effective de l’accord de Paris et exiger le retrait du secteur des terres (forets et terre agricole) dans les marchés carbones tel qu’il ressort de l’article 6 dudit accord en une expression « Notre Terre n’est pas une monnaie d’achat de crédit carbone».

Deux étapes importantes sont inscrites dans l’agenda de cette caravane à savoir le lancement en Gambie le 20 novembre 2021 et la signature du livre d’or le 11 décembre 2021 en Sierra Léone. En effet, pour changer d’échelle et de cap dans la transformation sociale plus digne, équitable et humaine, la convergence globale des luttes pour la terre, l’eau et l’agroécologie recommande :

Convergence pour des actions unitaires pour une alimentation durable et souveraine

Aux Etats et institutions nationales d’asseoir de véritables politiques foncières favorables aux communautés locales pour plus de justice sociale ; de reconnaitre les semences paysannes loin de toutes les formes de privatisation et d’accaparement, d’engager l’agroécologie comme une alternative à la souveraineté et à la sécurité alimentaires, aux institutions sous- régionales et internationales, de renforcer la résilience des communautés face aux effets climatiques, sanitaires et sécuritaires en accompagnant les initiatives endogènes, en les reconnaissant et en les valorisant pour assurer un équilibre social et écologique harmonieux aux organisations paysannes, de consolider leur organisation et leur solidarité dans les plateformes de la convergence pour des actions unitaires pour une alimentation durable et souveraine.

Pour les conférenciers, cette caravane se veut une action stratégique de mobilisation, d’élévation de conscience et de plaidoyers auprès de la CEDEAO et de l’UEMOA pour la promotion des semences paysannes et de l’agroécologie. «Ensemble contribution à l’atteinte des objectifs de la caravane à travers la diffusion et l’appropriation des thématiques. Vive l’agro écologie paysan communautés à accéder à la terre, l’eau et aux ressource naturelles !».

Martial Gouba

Burkina Demain

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.