Photo de famille des officiels et participants à l'atelier de renforcement des capacités

Le processus d’élaboration de la  Constitution de la Ve République en cours au Burkina Faso va sans doute se terminer par une consultation du peuple. Le Conseil constitutionnel à qui reviendra la gestion de ce référendum, semble conscient de l’importance de l’échéance et veut se donner les moyens d’être à la hauteur des enjeux. L’institution que dirige Kassoum Kambou tient depuis ce mardi à Bobo-Dioulasso un atelier de renforcement des capacités.

Photo de famille des officiels et participants à l'atelier de renforcement des capacités
Photo de famille des officiels et participants à l’atelier de renforcement des capacités

« Le rôle du Conseil constitutionnel dans le cadre d’une consultation référendaire », c’est sous ce signe qu’est placé l’atelier de consolidation des capacités des membres du  Conseil Constitutionnel organisé en partenariat avec la Fondation Hanns Seidel.

«Cest au conseil constitutionnel que la constitution confie le rôle de gérer les consultations référendaires entre autres. (…) En prévision de la nouvelle constitution pour le massage éventuel à une nouvelle république c’est bon que déjà, même si nous n’avons pas la date exacte, que les membres soient prêts pour gérer ce que la constitution leur reconnait comme fonction, comme devoir à cet effet. C’est dans ce sens que nous avons voulu dès à présent outiller les membres du conseil constitutionnel afin qu’ils soient prêts à gérer les consultations référendaires»,  a expliqué le président du Conseil Constitutionnel Kassoum Kambou, à l’ouverture de l’atelier.

Mutualiser les connaissances

Le présidium à l'ouverture de la session de formation de 4 jours
Le présidium à l’ouverture de la session de formation de 4 jours

Pour le représentant de la Fondation Hanns Seidel de l’Afrique de l’Ouest aussi, Pascal Thiombiano, la présente formation était  indispensable pour permettre aux acteurs de  mutualiser leurs connaissances en matière de référendum. Au cours des travaux, les communicateurs feront des exposés sur les différents aspects liés au thème. Les communications seront suivies d’échanges entre participants.  Les membres du Conseil constitutionnel devraient au terme de la présente session de formation de quatre jours, maitriser les méthodes de contrôle des opérations référendaire, maitriser les principes du contentieux relatif à la consultation référendaire et enfin connaître les principes et les différentes parties d’une décision de justice.

Faut-il le rappeler, le Conseil constitutionnel est une juridiction importante pour l’ancrage de la démocratie et l’approfondissement de l’Etat de droit au Burkina Faso,  au regard notamment  des missions que lui confère la Constitution, notamment  en ses articles 152 et 156.  Ses missions les plus importantes étant  le contrôle de la constitutionnalité des normes, le contrôle de la régularité des élections présidentielles, législatives et des opérations référendaires.

Dorcas Murielle Ouédraogo/Bobo

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.