Les éléments du SRPJ posant les produits saisis

Dans le cadre de la lutte contre l’insécurité, le Service Régional de la Police Judiciaire de Bobo-Dioulasso (SRPJ) a saisi un important lot de cannabis et divers matériels. Les objets saisis ont été présentés le vendredi 24 mars dernier à Sya.

Le Service Régional de la Police Judiciaire de Bobo appelle une franche collaboration des populations
Le Service Régional de la Police Judiciaire de Bobo appelle une franche collaboration des populations

 

160 kg de cannabis, 150 paquets de piles de marque sunwatt, 02 bicyclettes, des machettes et divers autres objets. Ce sont  là le bilan de l’action menée par la brigade motorisée du Service Régional de la Police Judiciaire (SRPJ) dans la nuit du 06 au 7 mars 2017 sur la route Bobo-Léguéma.

En effet, aux environs de 02 heures du matin, deux agents dudit service en mission sur les lieux, ont pu apercevoir des cyclistes, qui à leur vue, ont pris la fuite. Une course poursuite s’engage et dans la foulée des tirs de sommation.  Malgré les tirs de sommation, les fugitifs ont réussissent à disparaître dans l’obscurité, a expliqué le commissaire adjoint du SRPJ Boléané Dieudonné. Il ajoute qu’avec l’arrivée d’un  renfort, le matériel abandonné par les suspects a été sécurisé et un ratissage des lieux effectué.

Un phénomène grandissant

L’insécurité est un phénomène de plus en plus grandissant au Burkina Faso.  Et c’est pour la combattre que le SRPJ a entamé des actions de contrôle visant à mettre aux arrêts toute personne susceptible d’engendrer l’insécurité dans le pays. C’est ainsi que par la suite, le SRPJ a mené une enquête qui a révélé  la pratique par des individus non identifiés, de trafic de cannabis et de produits prohibés à destination de Bobo-Dioulasso. Dès lors, depuis le mois de janvier 2017, un dispositif de surveillance a été mis en place sur les pistes rurales concernées.

Appeler aux numéros verts : 16, 17 ou 10 10

cannabis 2

Il est très important de rappeler que le trafic de stupéfiants engendre de sérieux problèmes de santé publique surtout auprès des jeunes et affecte négativement la scolarité des lycéens. Il cause également des défis sécuritaires en accroissant la délinquance juvénile, la commission d’actes criminels et bien d’autres maux. Par ailleurs, le commissaire adjoint du SRPJ invite l’ensemble de la population à une franche collaboration dans les zones traversées par ces trafiquants à travers les numéros verts suivants : le 16 ; le 17 ou le 1010.

Dorcas Murielle Ouédraogo/Bobo

Burkina Demain

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici