Un étudiant britannique de 17 ans, Miles Soloman, a contacté les scientifiques de la NASA pour leur faire part d’une erreur repérée dans leurs données. Il s’est rendu compte que les capteurs de radiation de la station spatiale internationale (ISS) enregistraient des données erronées. ado

Si l’adolescent a pu faire cette découverte, c’est grâce à un programme qui permet aux élèves britanniques de travailler sur les données de la station internationale, en les invitant à repérer des anomalies et des modèles susceptibles de mener à de nouvelles découvertes.
« On discutait des données et soudain il a dit: ‘Pourquoi y a-t-il une énergie -1 ici? », explique à la BBC James O’Neill, professeur de physique de Miles dans son école de Sheffield. Or, une énergie ne peut être négative. Miles et son professeur ont donc contacté la NASA pour leur faire part de l’erreur qu’aucun de leurs experts n’avait remarqué avant cela.
« C’est plutôt cool », se réjouit le jeune homme. « Je peux dire à mes amis ‘Je viens juste d’envoyer un e-mail à la NASA et elle jette un œil sur mes graphiques' ».

La NASA a répondu qu’elle était consciente de cette erreur, mais qu’elle pensait qu’elle ne se produisait qu’une ou deux fois par an. Or, Miles a repéré qu’elle arrivait en réalité plusieurs fois par jour. Il indique qu’il ne désire pas prouver que la NASA a tort mais « travailler avec eux et apprendre d’eux ».

Le professeur Becky Parker, directrice du programme qui a permis à Miles d’inspecter les données de la NASA, se réjouit de sa trouvaille et espère que l’expérience inspire les étudiants afin qu’ils deviennent la prochaine génération de scientifiques. Pour Miles Soloman, cela semble bien parti.

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.