Boni, commune rurale de la province du Tuy, a abrité la deuxième édition des Journées culturelles du Tuy (JCT), organisées  par l’Association Landa Yavé du Tuy(ALYT), avec la participation de plus d’une trentaine de sociétés de masques. Tenue du vendredi 24 au dimanche 26 mai 2019, la manifestation aura tenu toutes ses promesses.

Trois jours durant-24-26 mai 2019-, Boni, commune rurale de la province du Tuy, a vibré au rythme de la deuxième édition des Journées culturelles du Tuy (JCT). Située à une quinzaine de kilomètres de Houndé, chef-lieu de la province, Boni a en effet connu une animation singulière. Plusieurs sociétés de masque et de troupes traditionnelles venues de  Sara, Dossi, Dohoun, Founzan, Koti, Koumbia,  Béréba, Ouakuy de Dohoun etc., y avaient un rendez-vous. Essentiellement deux types de masques (en fibres et feuilles) y ont participé. Et  comme l’exige la tradition, ces deux variétés de masques ne devant pas se croiser, il a fallu un programme bien ficelé pour les faire prester sur la même scène.

Masques de feuilles

Pour ce faire, les détenteurs des masques de feuilles se sont exprimés les premiers.  La cadence des masques ponctuée de pirouettes, arrachait des you-you du public. Un intermède de danse du Lambéyoro a permis à ces masques de feuille de se retirer pour faire place à ceux en fibre. Leurs prestations ont donné de voir de belles chorégraphies de flûtistes et joueurs de tam-tams qui accompagnent le masque dans son expression. La communion avec le public commence par un tour d’honneur de la scène où les masques sont suivis de leurs accompagnateurs.

Après le tour d’honneur, les sociétés de masques se succèdent sur la scène, animées par des griots très habiles. Le public exulte et certains spectateurs quittent la foule pour rejoindre les masques afin d’esquisser quelques pas de danse à leurs côtés. Ces scènes de danse de masques ont occupé le public dans la matinée, dans la soirée et aussi dans la nuit durant le festival. La particularité de cet événement culturel est la prestation des masques blancs de Sara et de Ouakuy qui ne sortent que la nuit et ne se déshabillent qu’au petit matin.

Les Journées Culturelles du Tuy (JCT), une attraction

Au titre des interventions, tous ceux qui se sont succédé à la tribune ont magnifié l’importance de cette activité, saluant l’association Landa Yavé du Tuy (ALYT) pour l’initiative,  qui se donne pour mission, de faire revivre nos valeurs culturelles en déperdition.

Pour Ousmane Guiguemdé, représentant du ministre de la Culture des arts et du tourisme, patron de la cérémonie, c’est une fierté pour lui car l’objectif visé à travers le festival n’est autre que la promotion des valeurs culturelles du terroir et le rétablissement des liens.

«Il  y a le rétablissement d’un lien ici qui est celui de retourner à nos sources en rétablissant le masque au centre de la culture comme lien entre nous et notre passé, entre nous et notre avenir et entre nous et l’invisible », a -t-il soutenu. «J’invite  chacun de nous, à être un ambassadeur et soutenir auprès de ceux qui ne sont pas là aujourd’hui afin de pérenniser le nouveau-né (ALYT) pour parvenir avec la pierre qui va développer la localité du Tuy», a-t-il ajouté.

«Décentralisation, Culture et Développement local»

Le président de l’association Landa Yavé, Nestor Kahoun, organisatrice de l’évènement, n’a pas manqué de souligner que le choix de ce thème «Décentralisation, Culture et Développement local», s’explique par le lien fort qui existe entre la culture et le développement dans tous ses aspects et particulièrement au niveau local. Il a terminé en remerciant toute la population de la province du Tuy et tous ceux qui ont œuvré pour la réussite de cet ’évènement culturel. Il a particulièrement rendu hommage au président du conseil régional des Hauts Bassins, le ministère de la Culture des arts et du tourisme, le ministre Abdoul Karim Sango et  la société minière Hounde Gold Operation S.A .

Pour sa part, le maire de Boni a salué l’initiative, prônant lui aussi la valorisation de la culture dans sa commune à travers les JCT.

Au total, la deuxième édition des JCT  a enregistré la participation de 33 troupes de masques (en feuilles, en fibres et de nuit) et de troupes de danse traditionnelle. A ces troupes se sont ajoutés l’orchestre local de boni et l’artiste musicien Bakary Dembélé qui ont agrémenté la cérémonie officielle d’ouverture du festival. Un pan assez intéressant de la présente édition des Journées culturelles du Tuy a été sans conteste la présence d’un encadreur de l’INAFAC qui a initié les élèves du cours moyen en dessin d’art. Les élèves ont ainsi fait montre de leur esprit critique en produisant sur du papier blanc des représentations de masques. 40 élèves ont bénéficié de cette formation. Les 10 meilleures productions ont été primées par le MENAPL. Les 30 autres ont reçu des prix d’encouragement. Quant aux deux écoles ayant participé, chacune a reçu un dictionnaire.

 

Gafoura Guiro / Houndé

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.