En prélude à la journée mondiale de lutte contre la rage, le ministère des ressources animales a organisé, ce 27 septembre 2019 à Ouagadougou, en partenariat avec le ministère de la santé et celui de l’environnement, une conférence de presse, pour mettre les populations au parfum de la tenue de vaccination des animaux concernés.

La maladie de la rage était au cœur des échanges entre les ministères des ressources animales, de l’environnement, de la santé et les hommes de media, ce vendredi matin dans la ville de Ouagadougou. Selon Joseph Sawadogo, directeur général des services vétérinaires, l’élimination de la rage est plus que d’actualités et d’une importance capitale. La lutte contre elle, a-t-il poursuivi, passe nécessairement par une synergie d’actions dont la vaccination des animaux de compagnie notamment les chiens, les chats et les singes, la vaccination préventive des personnes mordues, etc. La vaccination des animaux constitue la pierre angulaire dans la lutte, a-t-il ajouté parlant justement de la contagion.

Pour donc éviter une propagation de cette mauvaise maladie, Joseph Sawadogo pense qu’il faut porter l’information auprès des populations pour qu’ensemble l’on puisse changer positivement les anciennes habitudes en adoptant des comportements qui peuvent éloigner le mal, car l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé que la rage tue 60 000 personnes chaque année dans le monde. Les études de l’OMS ont montré que 99% des cas humains de rage sont d’origine animale et ce sont les enfants qui sont les plus touchés (50%). A en croire le DG des services vétérinaires, les résultats du laboratoire national d’élevage ont aussi montré qu’au cours des cinq dernières années, sur plus de 1000 échantillons reçus, 90% des cas se sont révélés positifs, montrant ainsi que la plupart des morsures sont contaminants.

Les activités qui seront menées au cours de la journée mondiale de lutte contre la rage en cette 2019, va permettre de sensibiliser les populations, pour une meilleure connaissance de la maladie, d’inciter les propriétaires de chiens, chats et singes à vacciner régulièrement leurs animaux et créer une occasion d’échanges scientifiques, autour de la rage, dans un esprit « One Health ». « One Health » (une seule maladie) qui se veut une synergie d’action des différents partenaires afin de venir à bout du problème. « Il est vrai que la rage est une maladie à 100% mortelle mais elle est également à 100% évitable », a conclu Joseph Sawadogo.

La séance de vaccination des animaux, transmetteurs potentiels de la rage, va débuter à Ouagadougou, le 28 septembre pour finir le 5 octobre 2019. Et les 5000 premiers animaux seront vaccinés gratuitement. La vaccination des animaux est une obligation sur toute l’étendue du territoire national, il revient donc à chacun de la pratiquer, selon ce qui est recommandé par l’autorité.

Nicolas Bazié

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.