Le ministre de l'économie, des finances et du développement,le ministre de l’économie Lassané Kaboré (milieu) a présidé la cérémonie d'ouverture

Le ministère de l’économie, des finances et du développement a procédé ce 29 octobre 2019 à Ouagadougou, lors d’une cérémonie, à l’ouverture des travaux de la première session 2019 du Comité national de pilotage des pôles de croissance (CNPPC). L’objectif ici est de faire l’état de mise en œuvre des résolutions et recommandations de la session 2018 et de donner des orientations pour l’élaboration du plan de travail annuel 2020.

Le ministre de l’économie, des finances et du développement,le ministre de l’économie Lassané Kaboré (milieu) a présidé la cérémonie d’ouverture

La première session 2019 du Comité national de pilotage des pôles de croissance (CNPPC) a débuté ce mardi à Ouagadougou. Elle était placée sous le thème « mobilisation des ressources foncières pour les pôles de croissance et de compétitivité : quelles stratégies pour la purge des droits fonciers ?” et sous la présidence du Premier ministre Marie Joseph Christophe Dabiré.

PC Bagré fonctionnel malgré les difficultés

La ministre déléguée Pauline Zouré se prêtant aux questions des journalistes

Actuellement, le pôle de croissance de Bagré fonctionne malgré les difficultés et qui devrait permettre d’avoir d’ici 2020, 30 000 emplois créés, selon Pauline Zouré, ministre délégué auprès du ministère de l’économie, des finances et du budget. A l’en croire, plus de 27 500 emplois ont déjà été créés et plus de 30 000 hectares,  aménagés pour accueillir les afro-investisseurs.

Le ministre des finances Lassané Kaboré, représentant le Premier ministre Dabiré de préciser que les pôles de croissance constituent des projets majeurs pour le pays, au regard de l’importance de leurs effets attendus sur la production, la croissance économique et l’emploi.

Des contraintes enregistrées

Des participants à l’ouverture de la session

Il est aussi ressorti de cette cérémonie que depuis l’adoption du modèle pôle de croissance et de compétitivité en 2011, la mobilisation du foncier reste confrontée à des contraintes majeures qui, si elles ne sont pas levées, risquent de compromettre fortement les impacts recherchés. De la conception à la formulation des pôles de croissance, affirme le ministre de l’économie Lassané Kaboré, la question foncière doit être traitée avec parcimonie, pour une capacitation dudit pôle. Il a continué en indiquant que les ambitions affichées à travers l’approche pôles de croissance nécessitent la mobilisation de ressources importantes au nombre desquelles, le capital terre.

En plus, les enjeux du foncier sur les actions de promotion des pôles de croissance selon lui, leur obligent à mener des actions coordonnées et de trouver des solutions consensuelles à soumettre au gouvernement, particulièrement pour la purge des droits fonciers et d’une manière générale pour la mobilisation du foncier, en vue de la mise en œuvre réussie des projets de pôles de croissance et de développement.

Des solutions pour purger les droits fonciers

Selon Mme  Zouré, la politique de promotion des pôles de croissance et de compétitivité au Burkina Faso, a été menée pour pouvoir accélérer l’atteinte des objectifs de mise en place des richesses partagées dans les territoires, notamment à travers la construction de plusieurs pôles de croissance dont celui de Bagré qui est déjà en activité, de Sourou-Samandéni, ainsi que d’autres technopôles et zones économiques spéciales qui sont en cours de construction. Étant donné que les pôles de croissance mobilisent beaucoup de superficies ou de terres et que les droits des autochtones sont à considérer, cette rencontre dit-elle, entend trouver des solutions pour pouvoir purger les droits fonciers.

Préparer les nouveaux pôles de croissance

En rappel, faire l’état de mise en œuvre des résolutions et recommandations de la session 2018 du comité, faire le point sur la préparation des nouveaux pôles de croissance, donner des orientations pour l’élaboration du plan de travail annuel 2020 de la stratégie nationale de promotion des pôles de croissance, proposer des solutions pour la purge des droits fonciers lors de la mobilisation du foncier pour les pôles de croissance, sont entre autres les objectifs poursuivis par la 1ère session du CNPPC.

Ce qui est attendu comme résultats à l’issue des travaux, c’est de pouvoir donc faire l’état de mise en œuvre des résolutions et recommandations de la session 2019 du CNPPC, le point sur la préparation des nouveaux pôles de croissance, trouver des orientations pour l’élaboration du plan de travail annuel 2020 de la Stratégie nationale de promotion des pôles de croissance, etc.

Nicolas Bazié

Burkina Demain 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.