L’Autorité de régulation du secteur de l’énergie (ARSE) a procédé, ce lundi 30 décembre 2019 à Ouagadougou, a l’ouverture officielle de l’atelier de validation des travaux sur l’amélioration du fonctionnement des concessionnaires de distribution de l’électricité en milieu rural. Il s’agit notamment de suivre de près  le bon fonctionnement du secteur surtout en milieu rural car, les Coopératives d’électricité (COOPEL) qui devraient faire le travail sur le terrain, c’est-à-dire distribuer l’énergie demandée, se retrouvent endettées.

C’est la présidente de l’ARSE, Mariam Gui Nikièma, qui a présidé l’ouverture de l’atelier

Quelques acteurs du domaine de l’énergie se sont rencontrés ce lundi à Ouagadougou pour échanger sur l’amélioration du fonctionnement des concessionnaires de distribution de l’électricité en milieu rural. Les coopératives d’électricité selon la présidente de l’ARSE Mariam Nikièma, ont fonctionné sans trop de professionnalisme. En effet, pour elle, il est bien de se réunir en coopérative, mais force est de savoir que les activités du secteur de l’électricité font appel à des professionnels.

«C’est ce qui a manqué dès le début », a-t-elle déploré, avant d’indiquer que les difficultés rencontrées dans ce sens découlent en partie du fait qu’il n’y a pas eu de techniciens et de gestionnaires compétents en la matière.

L’autre problème dans cette affaire, est la vente de l’électricité produite, quand bien même que le gouvernement ait subventionné une partie des investissements. Avec le faible pouvoir d’achat des populations rurales, madame Nikièma trouve que ce sont les coopératives qui doivent être viables puisqu’elles mènent une activité commerciale. Ainsi, la SONABEL vend l’électricité aux coopératives connectées à son réseau et ces coopératives à leur tour vendent cette énergie-là aux populations ; et en matière de gestion, dit la première responsable de l’autorité de régulation du secteur de l’énergie, tout cela s’est soldé par un résultat négatif.

Le présent atelier sur le renforcement des COOPEL a réuni plusieurs acteurs du secteur de l’énergie du Burkina

Tout cela parce que les COOPEL sont endettées vis-à-vis de la SONABEL et les populations vis-à-vis des COOPEL. A écouter Mariam Nikièma, la tenue de l’atelier est une opportunité de réfléchir aux solutions des problèmes pour que les comptes des coopératives soient équilibrés afin qu’elles fournissent un service d’électricité de qualité et en continuité aux populations en milieu rural.

Nicolas Bazié

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici