Les jeunes conférenciers du CDP face à la presse

Des jeunes militants du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ont donné de la voix dans l’après-midi de ce mercredi 22 Juillet 2020 à Ouagadougou, à travers l’animation une conférence de presse sur les lettres du président d’honneur du parti Blaise Compaoré dont les directives doivent être considérées par le président-candidat Eddie Komboïgo.  

Les jeunes conférenciers du CDP face à la presse dans la soirée du mercredi 22 juillet 2020

Le mécontentement exprimé par cette partie de la jeunesse militante du CDP porte sur les lettres envoyées par le fondateur du parti, Blaise Compaoré et les interprétations qui en découlent. En effet, selon Soumaïla Sana, membre du bureau de la section provinciale du Sanmatenga, président de la conférence, Blaise Compaoré a fait parvenir, jusqu’à la date de ce jour, trois lettres.

La première, envoyée à la date du 09 Juillet s’adressait à Bernard Nabaré, président du Collège constitué pour le choix du candidat qui sera porté à la tête du parti. La deuxième a été envoyée le 10 Juillet.

Dans cette lettre, il y mentionne, particulièrement, les qualités que devrait avoir celui qui dirigera le parti. L’authenticité de cette lettre s’est vue mise en cause par le président du parti Eddie Komboïgo. Une troisième correspondance a suivi, le 14 Juillet, dans laquelle le fondateur confirme l’authenticité de la précédente.

L’objectif de cette conférence, selon les initiateurs est de confirmer l’authenticité des deux dernières lettres. «Les lettres envoyées sont bel et bien authentiques» ont-ils laissé entendre. “Une authentification incontestable, disent-ils, puisque c’est par le même canal qu’il (Bernard Nabaré) a reçu la lettre du 09 Juillet dont personne n’a contesté l’authenticité”.

Pour simplifier les choses, ils proposent que le bureau de la direction envoie une délégation auprès de Blaise Compaoré pour avoir son dernier mot.

D’autre part, selon les conférenciers, Eddie Komboïgo n’est pas celui qui devrait présider le parti. Ils tiennent pour preuve la non- concordance de sa personne comparativement au portrait fait par le fondateur.

” Il n’y a aucun doute, le portrait-robot du candidat dressé par le Fondateur dans sa lettre du 10 Juillet, ne correspond pas du tout au camarade Eddie Komboïgo “. Il est reproché à ce dernier de vouloir contester au président d’honneur son opinion pour le choix d’un candidat.

Ils ajoutent qu’il “ne constitue pas une solution satisfaisante, ni pour le CDP, ni pour le pays “.

Quant à savoir leur choix de candidat, ils répondent : «le candidat idéal, c’est celui qui va respecter le portrait dressé par le président d’honneur».

Aziz Yoda

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici