La réalisation de 2 forages a permis de mettre fin aux corvées journalières des jeunes filles ou femmes qui étaient parfois obligées d’aller chercher de l’eau à 7 km

A Réo, au Centre-ouest du Burkina, l’Association Tamounte œuvre, depuis années, avec des partenaires, à un mieux-être des populations démunies à travers des initiatives de développement humain intégral qui vont de l’accès à l’eau potable à l’éducation en passant par l’agroforesterie, la santé.  Pleins feux sur ces actions porteuses  de progrès à la base, endogène de l’Association Tamounte.

L’agroforesterie, l’un des domaines d’intervention phares de l’Association Tamounte à Réo

 Après une expérience au Maroc, l’association française, Tamounte  est depuis quelques années, une actrice importante du développement local au Centre-ouest du Burkina, notamment  à Réo, dans la province du Sanguié, où elle mène une série de projets destinés à contribuer au mieux-être des populations, en proie à nombreuses difficultés : aridité des sols, pauvreté économique, problèmes d’accès à l’eau potable et à l’assainissement ; faible taux de scolarisation.

Fin des corvées d’eau, centre de nutrition polyvalent

La réalisation de 2 forages a permis de mettre fin aux corvées journalières des jeunes filles ou femmes qui étaient parfois obligées d’aller chercher de l’eau à 7 km

Face au problème criard d’accès à l’eau potable, l’association a financé la réalisation de deux forages. Avant il n’y avait pas de points d’eau potable, hormis deux trous d’eau boueuses qui servaient  de sources d’approvisionnement en eau.

La réalisation de ces forages a permis de mettre fin aux corvées journalières des jeunes filles ou femmes qui étaient parfois obligées d’aller chercher de l’eau à 7 km de marche, dans la chaleur sur des pistes brûlantes.

Tamounte a aussi œuvré à la création  d’une activité agricole locale dans les parcelles du centre de nutrition avec une plantation de moringa, arbre adapté aux conditions climatiques du Sahel et très nutritif ; une unité de séchage des feuilles pour la consommation directe ; une unité de compost en technique traditionnelle pour avoir de l’engrais ; un potager sur le même site, en cultures associées pour avoir des légumes lors de la distribution de repas, et enfin un jardin médicinal essentiellement en artemisia, plante qui lutte efficacement contre le paludisme. Par ailleurs, l’association travaille à la mise en place d’une activité économique locale solidaire.

Au service l’Homme 

                                       

L’association dont  les membres sont composés essentiellement d’étudiants diplômés bénévoles et de professionnels adultes ; s’est fixée comme mission au Burkina Faso de participer à la lutte contre la malnutrition des plus pauvres et à la lutte contre le paludisme dans sa zone d’intervention. En aidant les familles et les populations à se prendre en charge dans un environnement difficile à travers des projets adaptés, Tamounte contribue au développement local.

«Notre association est au service l’Homme que nous  plaçons au cœur de nos projets, grâce à la création d’activités génératrices de revenus dans le respect de l’environnement.  Elle œuvre aussi à la création d’échanges interculturels entre différents pays», a confié la présidente, Valérie Passeport.

Une approche innovante du développement

Tout en inscrivant son action dans un cadre légal avec notamment des conventions de partenariat  en bonne et due forme signées avec les autorités locales, notamment le maire  et les responsables CREN  de Réo ; l’association Tamounte se distingue cependant par son approche qui privilégie  un développement endogène, les aspects de pérennité des actions menées.

« Lorsque nous avons élaboré le projet du Burkina Faso, nous avons également programmé les synergies d’appropriation pour le pérenniser. L’objectif n’est pas de créer des choses pour les voir disparaître après notre départ. Et nous sommes depuis le début du projet en lien étroit avec les chefs de village et les femmes. Nous avons incité chacun à transmettre son savoir aux populations désireuses de participer au projet jardins familiaux. Et si tout se passe toujours bien, les familles auront de petits  revenus en revendant leurs propres productions de poulets, de moringa, d’artemisia  issues de leurs jardins familiaux. Bref, ils ont compris et aussi conscience que l’association cesserait son soutien d’ici 18 et 24 mois, à la fin du projet», a expliqué  la présidente Valérie Passeport.

Ne pas s’arrêter si en bon chemin

L’association Tamounte n’entend pas s’arrêter en si bon chemin à Réo et entrevoit déjà d’autres challenges à relever, fort des acquis déjà enregistrés sur le terrain.

Alors que les plantations sont  en cours, l’association envisage de nouveaux projets. Les forages ayant libéré femmes et enfants, l’objectif est désormais d’inciter les familles à envoyer les filles à l’école, et pas simplement  les garçons.

«Pour cela, je souhaiterais que l’on trouve une solution pour offrir des repas du midi à tous les enfants bénéficiaires qui iront à l’école, des repas du midi à tous les enfants bénéficiaires qui iront à l’école, des repas avec les productions d’un potager installé au cœur de l’école.

Cela permettrait également d’aller vers des notions de travail collectif, et  d’apprentissage de la responsabilité de l’agro-culture. Cette réflexion est menée en partenariat avec les chefs du village qui vont faire également des propositions pour pousser les enfants à aller à l’école».

En plein dans le développement humain intégral

Les membres de l’Association Tamounte sont composés essentiellement d’étudiants diplômés bénévoles et de professionnels adultes

L’autre projet  important  envisagé par Tamounte, c’est  la purification de l’eau, soit avec les cosses de moringa et ou un système Wata. Enfin, l’association  et ses partenaires sur place projettent de faire de la production d’huile de graines de moringa.

On l’aura compris, avec Tamounte et ses partenaires à Réo, l’on est en plein dans le développement humain intégral. Rien ne se perd. Tout ce qui est produit sert au maximum les populations.

Que ce soit pour l’approvisionnement en eau potable, pour l’agriculture, la protection de l’environnement, l’autonomisation économique, la santé.

Bénédiction du Pape François

Bref, en un ou mille mots, un bel exemple de développement solidaire endogène opéré dans le cadre d’une initiative de coopération Nord-Sud, qui mérite d’être répliqué ailleurs pour un monde plus humain tel que prôné par le Vatican  qui s’est félicité de  l’action de l’association Tamounte en ces termes :

« Le Saint- père est sensible à votre engagement en faveur des démunis, qui répond à son invitation pressante à écouter le cri des pauvres (cf. Exhortation apostolique Evangelii gaudium n.190). Il vous assure de sa prière et il vous bénit de grand cœur, ainsi que vos collaborateurs pour mener à bien vos projets».

Les personnes physiques ou morales désireuses de soutenir l’action de l’association Tamounte, peuvent visiter :

www.associationtamounte.fr

www.helloasso.com

Ou  contacter ses responsables aux adresses :

Tel   : +33 6 28 10 90 99

Mail : valeriepsrt@gmail. com.

 

Martin Philippe

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici