Badosa dédie ce poème à sa défunte maman «partie si tôt» ainsi qu’à toutes les mamans qui se sacrifient pour la réussite de leurs enfants

A l’occasion de la célébration du 8 mars, Journée internationale de la femme, Badosa, dédie depuis le Canada où il réside, ce poème à sa défunte mère «partie si tôt», ainsi qu’à toutes les mamans qui se sacrifient pour la réussite de leurs enfants. Lisez plutôt ! 

Badosa dédie ce poème à sa défunte maman «partie si tôt» ainsi qu’à toutes les mamans qui se sacrifient pour la réussite de leurs enfants

«Partie si tôt maman, encore besoin de toi !

 A l’occasion, du 8 mars, je dédie ce texte poétique à toutes les mamans qui se sacrifient pour la réussite de leurs enfants. Malheureusement, certaines sont parties très tôt sans jamais goûter aux petits succès de leurs enfants.

 

Maman, je suis allé chercher mon premier salaire

J’ai pensé à tous nos efforts et notre galère

Et là m’est revenue ma promesse d’antan :

Mon premier salaire sera à toi Maman!

 

Je pleure à l’idée que tu es partie

Sans voir combien ton fils a bien grandi

Je pleure ton départ si tôt à l’hiver, quelle galère!

Pour ne jamais goûter à l’automne, mon salaire!

 

Mes souvenirs s’inondent de toi, oh mère

Et me tombe des yeux toute une mer

Ton absence et le vide sont très amers

Oui, je n’ai pas pu te remplacer chère mère

 

 

Je pense à toi partie pour toujours

Maman à moi, je te cherche partout

Je te rêve si près de moi

J’ai encore besoin de toi plus près de moi

 

Je pense à toi, Maman de moi!

Depuis que tu es partie si loin

Je ne fais que te chercher dans tous les coins

En tout temps, je veux compter sur toi

 

Reviens maman, Maman à moi!

Au prix de mes sueurs et de tes conseils,

On pourra manger à notre faim grâce à mes paies

On pourra se permettre de vivre sous un bon toit

 

J’ai encore besoin de toi : reste dans ma vie!

Depuis ton départ, la vie m’a joué des tours

Et souvent, j’ai pris de grands coups

Tes conseils et ces épreuves m’ont aguerri!

 

Depuis que tu es vraiment partie

J’ai aussi fait beaucoup de paris

Et j’ai gagné certains de nos vœux

Restent pourtant des défis nombreux

 

Après que tu es partie physiquement

J’ai pu m’offrir d’autres vêtements

En vérité, je les trouve moins beaux

Quand comparés à tes sacrifices et cadeaux!

 

Oh ce plus beau cadeau de toi : m’inscrire à l’école!

Tu sais, j’apprends encore des choses à leur école

Mais, j’ai encore besoin de tes mots pour m’équilibrer la tête

Encore, graver en tête ces mots : sois sage et te prends pas la tête !

 

La vie n’est plus la même

Où cela nous mène?

Moins de pain et trop de peine à travers le monde

Que de gros maux qui affectent notre petit monde

 

 

Il me manque souvent un peu de pain

Comme appris de toi, jamais je ne me plains

Où que j’aille, l’on me rend ta générosité, en fait!

Et je garde aussi ton goût pour le travail bien fait.

 

Merci pour tout, Maman à moi!

 

Par BADOSA»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici