Consternation générale au vu de l'ampleur du sinistre

Les studios Abazon, sis au quartier Sin-Yiri de Ouagadougou, ont été victimes dans la nuit de ce lundi 18 juillet d’un incendie dévastateur. Presque tout a été réduit en cendres par les flammes.

Consternation générale au vu de l'ampleur du sinistre
Consternation générale au vu de l’ampleur du sinistre

En quittant leur lieu de travail vers 18 h 30 ce lundi 18 juillet 2016, les travailleurs des studios Abazon ne pouvait guère s’imaginer de ce qui lui adviendrait quelques heures plus tard. Peu de temps avant leur départ, il y a eu un incendie qui a tout dévasté. Les pompiers n’étant pas arrivés vite pour maîtriser les flammes à temps, presque tout a été calciné. Aucun endroit, ni aucun objet des studios n’a été épargné par les flammes.

Sur les lieux ce mardi matin, c’était la consternation générale. La tristesse était palpable partout : à l’entrée, à l’intérieur, sur les murs et plafonds de l’établissement sinistré. Et les dégâts enregistrés pourraient être estimés à des milliards de francs CFA.

Des matériels calcinés
Des matériels calcinés

En l’absence de Smockey

Ce drame s’est passé en l’absence du propriétaire des studios, Smockey. L’artiste engagé s’est effet envolé six heures plus tôt pour Nairobi, au Kenya,  pour prendre part à une rencontre internationale des artistes engagés.
Etant absent, c’est son assistant technique Asley, son épouse, Kady Traoré, des amis et des parents qui étaient là pour recevoir et expliquer ce qu’ils savaient du triste évènement aux visiteurs et autres badauds. Ces derniers ne cessaient d’affluer dans les locaux des studios dévastés, devenus en l’espace de quelques heures, un musée.

Des plafonds dévastés par les flammes
Des plafonds dévastés par les flammes

Les causes de l’incendie ne sont pas encore connues

Des éléments de la police de Bogodogo et de la police scientifique ont se sont déplacés ce mardi matin sur les lieux de l’incendie. Des prélèvements d’échantillons ont été faits pour les besoins de l’enquête. Une équipe de la SONABEL était également attendue sur les lieux, d’autant plus que la piste d’un court-circuit n’est pas à exclure, surtout que l’incendie, à ce qu’on dit, serait survenu après une coupure de courant.
Mais, au moment où nous tracions les présentes lignes, l’on ignorait encore les causes de l’incendie. Nous y reviendrons.

Les studios Abazons devenus un musée en l'espace de quelques heures
Les studios Abazons devenus un musée en l’espace de quelques heures

L’on se rappelle que les mêmes studios Abazon avaient fait également l’objet d’attaque de grande ampleur pendant le putsch raté du 16 septembre 2015.
Grégoire B. Bazié

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici