Il s’est agi de simulations d’attaques d’ennemis civilo-militaires

Durant trois semaines, les éléments du 25e régiment parachutiste commandos (RPC)  basé à Bobo-Dioulasso ont bénéficié d’une formation qui leur permet désormais, de faire face aux questions terroristes. Assuré par FLINTLOCK qui est une formation militaire spécialisée dans la lutte contre le terrorisme, cet exercice a pris fin ce mercredi 15 mars 2017.

Il s’est agi de simulations d’attaques d’ennemis civilo-militaires
Il s’est agi de simulations d’attaques d’ennemis civilo-militaires

Les questions sécuritaires constituent un important défi pour le Burkina Faso depuis les multiples attaques enregistrées dans le pays. C’est pour faire face à ce phénomène que cette formation a été initiée au profit des éléments du 25ème RPC afin de renforcer leurs capacités opérationnelles, et ce, grâce à la coopération bilatérale avec les Pays-Bas.

Durant trois semaines,  le 25ème Régiment Parachutiste Commando de Bobo-Dioulasso a bénéficié de  FLINTLOCK qui est une formation militaire multilatérale planifié. Cette formation vise à renforcer la capacité de formation dans la lutte contre le terrorisme des nations participantes de la région transsaharienne. Pendant les exercices, les militaires ont appris les différentes tactiques de petites unités pour inclure des parcours de tirs en directs, des mouvements motorisés ou à pied, des exercices de reconnaissance et de combat rapprochés.

Ces maintes exercices aideront ces soldats à plus se perfectionner, à reconnaitre les pièges de l’ennemi, à avoir une  longueur d’avance sur lui et  à être prêts à tout moment face à une quelconque attaque terroriste. « Pour la première année, nous avons donné des informations aux  instructeurs Burkinabè et nous ferons en sorte que ces derniers puissent à leur tour former les soldats après notre départ.  Nous avons aussi fait des évaluations aux différents pelletons présents. (……..).  

Simulation d’attaques d’ennemis

L'exercice a pris fin ce mercredi
L’exercice a pris fin ce mercredi

Il s’est agi de  simulations d’attaques d’ennemis, civilo-militaires, et la reconnaissance de munitions diverses. Ce sont des choses importantes pour les soldats Burkinabè au niveau des missions à l’extérieur du pays ou même ici au pays »  a expliqué le chef de la délégation militaire des Pays-Bas.

Ce sont Au total sept (07) instructeurs, et soixante hommes soit deux pelletons aptes à être envoyé sur le front en cas de menaces terroristes. Présent à la cérémonie de fin de formation, le gouverneur de la région des Hauts-Bassins Antoine Attiou, a  reconnu la nécessité d’une telle initiative.

Le terrorisme, une préoccupation aussi dans les Hauts Bassins
Le terrorisme, une préoccupation aussi dans les Hauts Bassins

« La région des Hauts-Bassins est elle aussi en proie de menaces terroristes  et l’attaque de la brigade de gendarmerie de Samorougan en mars 2015 en témoigne fortement.  Depuis cette date,  il y a des velléités d’incursions, de  menaces terroristes  qui sont constatées et il convient de voir dans quelles mesures civiles et militaires nous pouvons  nous donner la main afin de prévenir d’éventuels faits terroristes dans les départements, dans les  communes qui longent les frontières avec lesquelles nous  partageons avec le Mal »  a-t-il ajouté.

Montrer que les menaces terroristes sont une réalité

Photo de famille des acteurs de l'exercice assuré par FLINTLOCK
Photo de famille des acteurs de l’exercice assuré par FLINTLOCK

Toutes ces actions pour montrer que les menaces terroristes sont une réalité au Burkina Faso. Elles ne concernent pas seulement le nord du pays, mais les autres régions en sont également inquiétées.  Quand au Colonel major Naaba Théodore Palé chef d’Etat major général des Armées, cette formation est un succès au regard des différents exercices menés. Par la suite, le 25ème RPC  qui est une force spéciale, une unité commando et qui a suivi une formation spéciale pour augmenter ses capacités sera engagé dans les combats difficiles surtout au nord du pays. Notons que la cérémonie a été marquée par des simulations de démonstration d’attaques terroristes, des simulations de neutralisation des djihadistes, un séminaire sur le thème ”sécurité et développement” au cours du quel les questions de défis sécuritaires, de coopération civilo-militaire et la question du genre ont été évoqués.

Dorcas Murielle Ouédraogo/Bobo

Burkina Demain

3 6

5

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici