Le coordonnateur Honoré Bonkoungou au cours de sa présentation du projet COWATER

Dans le cadre de la centrale solaire de Zina dont les travaux ont été lancés en août 2016, un autre projet canadien  d’un coût global de 18 millions est en train de se mettre en place et va démarrer sur le terrain en janvier 2018. «Le projet vient comme pour impacter les villages riverains de la centrale solaire dont la production de 20 MWc sera injectée dans le réseau interconnecté de la SONABEL», a confié le chef de mission adjoint du projet Honoré Bonkoungou, le 19 octobre dernier à Dédougou, lors de l’atelier-bilan des OSC de la région en matière de plaidoyer pour l’accès des populations aux énergies renouvelables.

Le le chef de mission adjoint Honoré Bonkoungou au cours de sa présentation du projet COWATER Sogema

Après Lagazelle qui produit déjà dans la région des lampes solaires certifiées Lighting Africa qui se vend aussi bien au Burkina Faso que dans la sous-région, la Boucle du Mouhoun va bénéficier des Canadiens, dans le cadre de la  construction de la centrale solaire de 20 MWc de Zina, d’un autre projet, ‘’Cowater Sogema’’, d’un coût global de 18 millions de dollars canadiens.

«A côté de la centrale solaire dont l’énergie sera injectée dans le réseau interconnecté dans la SONABEL, l’objectif, c’est que  l’on puisse tirer des fils pour permettre à quelques villages autour de la centrale de bénéficier de cette électricité. Il y a dix localités qui sont ciblées et vont être connectées au réseau de la SONABEL. Il y a également des systèmes autonomes avec du solaire qui vont permettre d’alimenter des centres de santé. Nous ciblons au minimum 30 centres de santé où seront  installés  des panneaux solaires avec des équipements adéquats, notamment pour le  froid», a indiqué le chef de mission adjoint du projet, Honoré Bonkoungou.

«Nous comptons contribuer au développement économique local. Nous penons construire de petites centrales  dans des pôles de développement, dans des localités phares à partir  desquelles on peut développer des petites unités de transformation », a-t-il ajouté.

Le projet a déjà commencé avec le processus de recrutement et de planification pleinement engagé. La phase terrain proprement dite du projet à Dédougou débutera en janvier 2018.

«S’insérer dans la dynamique qui existe »

Le chef de mission adjoint  Bonkoungou a levé le coin de voile sur le projet au cours de  l’atelier-bilan des OSC de la région de la Boucle du Mouhoun en matière de plaidoyer pour l’accès des populations aux énergies renouvelables. L’atelier a eu lieu le 19 octobre 2017 à Dédougou.

Ce fut l’occasion pour lui de saluer les différentes initiatives en cours dans la région en vue de permettre un meilleur accès des populations aux services énergétiques propres.

«La présence de la gazelle a permis à la région d’être à un certain niveau de compréhension par rapport aux énergies renouvelles. Nous allons nous intégrer à la dynamique qui existe. Je me réjouis déjà de voir qu’il y a une organisation des acteurs de la société civile autour des énergies renouvelables. Nous allons vraiment nous y insérés pour poursuivre cette initiative pour  qu’ensemble nous puissions vraiment permettre aux populations d’avoir ces solutions qui nous sauvent tous. Ce sont des solutions qui sont les moins chères aujourd’hui, ce sont des solutions qui sont moins polluantes, ce sont des solutions qui contribuent à atténuer les effets des changements climatiques. Nous sommes tous condamnés à aller dans ce sens, si nous voulons en tout cas vivre assez longtemps et dans  de meilleures conditions ? », s’est-il félicité.

En effet, les activités du projet incluent  également la promotion de lampes solaires en zone rurale (pico-PV),  l’appui à des entrepreneurs/groupements dans le cadre d’activités génératrices de revenus ; la formation et sensibilisation sur les énergies renouvelables et le renforcement de la gouvernance.

Grégoire B. Bazié

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.