Des militants du Congrès pour la Démocratie et le Progrès réunis au sein de l’association dignité G33 ont organisé une Assemblée générale ce dimanche 28 octobre 2018 dans la ville de Sya. Au cours de cette AG, les acteurs du G33 ont exigé le retour de Blaise Compaoré.

Le groupe 33, une nouvelle association créée à Bobo-Dioulasso et qui milite pour le retour de l’ex président Blaise Compaoré. C’est un groupe composé de plusieurs militants de l’ex parti au pouvoir.  La présence de l’ex maire de Bobo Salia Sanou et de Fatou Ziba n’est donc pas fortuite.

Ces derniers protesteraient contre la mise en place des nouvelles structures du parti dans le Houet. Ils seraient les « parrains » du G33 pour traduire leur mécontentement. En effet, l’AG du G33 se déroulait au même moment que celle de la présentation des nouvelles structures du parti de l’ex majorité au siège provinciale du parti de l’épi  de la daba.

L’assemblée générale du G33 avait donc l’allure d’un meeting de contestation de la mise en place des nouvelles structures du CDP dans le Houet. Une version rejetée par les responsables d G33. Son président Ibrahima Sanou est clair « le G33 à un bord politique et une religion, c’est la dignité.

L’ex-président du Faso était présent à cette AG à travers son portrait sur plusieurs affiches. À travers les affiches, le G33 exige le retour physique au Burkina de leur mentor. Il déplore ce qu’il qualifie de « crise sociale d’un ordre inimaginable de la situation nationale actuelle du pays. Face à cette situation, trois solutions sont nécessaires, affirment les responsables du G33. Parmi ces trois solutions, le retour de Blaise Compaoré semble imminent pour ses partisans. Ces derniers sont convaincus d’ailleurs que la réconciliation et l’unité nationale passent par le retour de Blaise Compaoré et de tous les exilés « politiques. » Un retour qui n’est plus une demande mais une exigence selon les acteurs du G33.

C’est sous le thème de l’AG « Le retour de SEM Blaise Compaoré et tous les exilés politiques, la réconciliation et l’unité nationale ne sont plus à demander, c’est une exigence. » que le Dr Salifou Ouédraogo à vanté les qualités de l’ex-président du Faso. Le conférencier a dans son exposé déploré le fait que  «  ceux  qui ont pris le pouvoir ne montrent pas  à travers des actions concrètes et visibles qu’ils pensent à ceux qui ont perdu le pouvoir. » Pour le Dr Salifou Ouédraogo, le retour de Blaise Compaoré et des exilés «  politique» est nécessaire pour l’unité du pays. Et pour que le retour de Blaise Compaoré soit une réalité le G33 envisage plusieurs actions. Au nombre desquelles, des marches meeting, des communications de masse et des plaidoyers auprès des autorités coutumières et religieuses.

Sotouo Justin Dabiré/ Bobo

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.