TOUBA, tous unis pour un Burkina apaisé était face aux hommes de media, ce jeudi 17 janvier 2019 à Ouagadougou. Occasion pour l’organisation de la société civile d’aborder les questions sécuritaires nationales.

C’est dans la soirée de ce jeudi 17 janvier 2019, que le TOUBA, unis pour un Burkina apaisé a échangé avec les journalistes dans la ville de Ouagadougou.

Assassinats lâches

Notre peuple fait face désormais à une tragédie qui n’est ni, la famine, ni la sécheresse, ni une épidémie quelconque, mais plutôt l’assassinat de ses fils et filles par de supposés terroristes, déclare le coordinateur général de l’organisation, Richard Siliga.

A l’écouter, la résultante de ces assassinats lâches et barbares est cette volonté de provoquer des conflits ethniques et déboucher sur une guerre civile,

A l’heure actuelle, va-t-il informé, des milliers de réfugiés mossi sont parqués à Foubé.

Terroristes enturbannés

Vue la manœuvre des forces de mal, Richard Siliga suggère alors à toutes les communautés victimes d’attaques terroristes, de ne pas faire d’amalgame entre ces terroristes enturbannés en tenue sahélienne et la communauté Peulh, et le concours des chefs traditionnels ainsi que les dignitaires religieux épris de paix et de cohésion à rentrer dans les concertations pour apaiser les cœurs.

Pour le TOUBA, la sérénité dans l’unité, la discrétion dans la collaboration avec les FDS, et la fertilité d’esprit sont les panacées pour arriver à bout des ennemis.

Nicolas Bazié

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici