C’est parti depuis ce mardi 11 juin pour la session 2019 de l’examen du Certificat d’études primaires (CEP) au Burkina Faso.  C’est à Koubri, à une trentaine de kilomètres de Ouagadougou, que Stanislas Ouaro, ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et la promotion des langues nationales, a choisi de lancer officiellement les épreuves.

Pour la session 2019 du CEP dont les épreuves ont été lancées ce mardi à Koubri, quelques 419 260 sont officiellement inscrits sur les listes. Mais, compte de la dégradation de la situation sécuritaire dans plusieurs régions du pays, à l’image du Sahel, beaucoup d’inscrits vont certainement manquer à l’appel.

Mais, le ministre Ouaro, en charge de l’éducation nationale, différents scénarios sont envisagés pour tenir compte des situations qui pourraient se présenter, y comprise la déclaration d’année blanche dans les localités n’y a eu cours ou pas assez que l’année scolaire soit sanctionnée par des passages en classe supérieur.

Pour revenir au cas des élèves du CM2 qui ne pourront pas passer actuellement l’examen, compte du péril sécuritaire, il a annoncé des sessions de rattrapage.

Les candidats qui composent présentement, il faudra attendre jusqu’au 20 juin pour connaître les premiers résultats. En rappel, l’année dernière, le taux de succès au CEP était de 68%.

Laetitia Dongo

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.