Au Burkina, la lutte contre le trafic des espèces protégées engrange de bons résultats  avec des interpellations de trafiquants ces dernières semaines.

Le 19 juillet dernier, tandis que quatre personnes tentaient d’écouler 20 peaux de crocodiles à Ouagadougou, ils ont été interpellés par la Direction des opérations du Ministère de l’environnement. Et ce 31 juillet 2019, toujours à Ouagadougou, deux trafiquants ont été mis aux arrêts avec, en possession deux pointes d’ivoire qu’ils tentaient également d’écouler.

Ces actions ont été rendus possibles grâce à la combinaison d’efforts entre le Ministère de l’Environnement et l’ONG Conservation Justice/EAGLE. Ces présumés trafiquants encourent des peines allant de 1 à 5 ans de prisons et une amende pouvant atteindre 5 millions, selon le code forestier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.