Les otages libérés ont été reçus par le Premier ministre Christophe Dabiré

Quelques temps après leur disparition dans le Banfora profond, les quatre prestataires de service du ministère de l’économie numérique et des postes qui avaient été enlevés par « des individus non identifiés », le vendredi dernier, ont été retrouvés sains et saufs, dans les environs de Sidéradougou, toujours dans la région des Cascades. Et dans l’après-midi de ce dimanche 24 novembre 2019, ils ont été reçus par le chef du gouvernement Christoph Marie Joseph Dabiré, après avoir été sauvés grâce à une intervention rapide des Forces de défense et de sécurité (FDS).

Les otages libérés ont été reçus par le Premier ministre Christophe Dabiré

Selon le ministre de la justice, Réné Bagoro, les conditions de leur détention n’ont pas encore été élucidées. « Le gouvernement ne peut pas à l’étape actuelle donner les conditions de leur enlèvement. Ce qui était l’obligation du gouvernement était de les retrouver. C’est à la justice de mener une enquête (…) ce sont eux qui savent les conditions dans lesquelles ils ont été enlevés. », a-t-il expliqué estimant qu’une information particulière ne peut être donné pour l’instant.

Le ministre de la sécurité Ousséni Compaoré a informé qu’aucune rançon n’a été versée pour la libération des otages. « Je peux vous assurer qu’il y a eu aucun payement de rançons », a confié le ministre de la sécurité. Il a terminé son propos en saluant l’engagement et le professionnalisme des FDS qui ont permit de retrouver de façon rapide les otages et de les secourir. Les ministres de la sécurité et de la santé ont par ailleurs invité les populations à une étroite collaboration avec les FDS. Pour l’heure, une enquête a été ouverte pour de déterminer les conditions de leur détention afin de retrouver les ravisseurs et de les punir à la hauteur de leur forfait.

Nicolas Bazié

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.