C’est sous le thème «cent ans au service du développement économique et culturel du Burkina Faso : Etat des lieux et perspectives », que la ville de Boromo a vivré durant deux jours aux activités commémoratives des cent ans de l’école primaire publique ‘’A’’. La cérémonie commémorative des 100 ans d’existence de l’école « A » de Boromo a été présidée par le Pr Stanislas Ouaro, ministre de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN). C’était ce 1er décembre 2019.

A l’arrivée du ministre Stanislas Ouaro

Les 30 novembre et 1e décembre 2019 resteront dans l’histoire de la commune de Boromo. En présence du Pr Stanislas Ouaro, ministre de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN), l’école primaire publique ‘’A’’ a en effet  célébré ces jours ses 100 ans.

Le ministre Ouaro avait à ses côtés le gouverneur de la région du Sud-Ouest, le Haut-commissaire de la province des Balés, les autorités communales, les responsables du niveau déconcentré du ministère, des autorités coutumières  et religieuses et du président de l’association des anciens élèves de l’école.

Ancien école de l’ex-président Blaise Compaoré

Les anciens élèves de l’école ont tenu a honoré cette institution qui les a formés et formé des cadres pour la Nation. En effet l’école a connu le passage de l’ancien président du Faso Blaise Compaoré et de l’actuel vice-président de l’Assemblée nationale entre autre. Ainsi, réuni en association, les anciens élèves ont voulu par cette commémoration interpeller les anciens élèves, les hommes politiques et l’Etat sur les besoins de l’école.

Le président de l’association des anciens élèves, Rasmane Traoré,  est revenu sur l’objectif de cette commémoration.Au-delà des festivités, a-t-il dit, il était question d’interpeller les anciens élèves sur leur redevabilité envers l’école qui est en ruine. Aussi l’Etat a été également interpellé et invité à prendre ses responsabilités. Il a aussi lancé un appel à plus d’implication de toutes les forces vives pour offrir d’autres infrastructures pouvant non seulement, accroître l’offre éducative mais aussi garantir de meilleures conditions de travail et d’études aux enseignants et aux élèves.

La nécessité pour l’Etat d’apporter sa contribution

Le Ministre Ouaro a constaté l’Etat des infrastructures après une visite des lieux et a reconnu la nécessité d’apporter une contribution. Sans prendre un engagement, il a pris bonne note  un intérêt des doléances émises. Son département s’est engagé à accompagner l’initiative d’un ancien élève à construire trois salles de classes afin de désengorger l’établissement  mais aussi résoudre le problème de scolarisation des enfants de la commune de Boromo.

Pratiquement en ruine, l’établissement centenaire a besoin d’être réhabilitée

La commémoration des cent ans de l’école primaire publique ‘’A’’ de Boromo a été riche en activités. Au programme il y a eu la reconnaissance et le remerciement des anciens enseignants à travers des attestations. La remise de Kits scolaire au Directeurs de l’école, la pause de la prière pour la rénovation de l’école et la plantation d’arbres.

La culture n’a pas été en reste. La troupe de Boromo et des artistes locaux ont donné leurs belles contributions au succès des activités commémoratives.

Pour rappel, l’école primaire publique ‘’A’’ de Boromo a vu le jour en 1919 sous le garage du commandant de cercle de Boromo. Elle a eu pour premier directeur Samba Sissoko  et a été normalisée en 1952.

Kassoum Ouedraogo, De retour de Boromo

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici