Le président de la commission de l'UEMOA, , se prêtant aux questions de la presse. A sa gauche, le ministre de l'économie, des finances et du budget, Lassané Kaboré

Une rencontre entre une délégation conduite par le ministre de l’économie, des finances et du développement et une délégation conduite par le président de la commission de l’UEMOA a eu lieu ce 9 décembre 2019 à Ouagadougou. Au menu de leurs échanges, la revue annuelle des reformes politiques, programmes et projets communautaires de l’UEMOA au Burkina Faso.

Le président de la commission de l’UEMOA,Abdallah Boureima , se prêtant aux questions de la presse. A sa gauche, le ministre de l’économie, des finances et du développement, Lassané Kaboré

Dans la capitale burkinabé, en présence du Premier ministre Dabiré qu’une rencontre de haut niveau entre le Burkina Faso et l’UEMOA s’est tenue dans la matinée de ce 09 décembre 2019 en présence des hommes des médias.

Pour Abdallah Boureima, président de la commission de l’UEMOA ; la  5ème  édition qui a démarré depuis 2013, s’inscrit dans le cadre des festivités du 25eme anniversaire de l’Union et aussi à quelques jours de la date d’échéance du pacte de convergence de stabilité, de croissance et de solidarité fixé au 31 décembre  2019.

Un taux très élevé de 84% pour le Burkina

Les conclusions de l’évaluation et le mémorandum ont été transmis au Premier ministre Christophe Dabiré

Les conclusions que nous enregistrons au niveau des 8 Etats  sont importantes en 2019 parce qu’elles vont certainement conditionner des décisions qui seront prises par les autorités à la fin de cette année, dit-il en ajoutant que cette 5ème édition s’est déroulée au Burkina du 16 au 18 octobre 2019 ; et a porté sur les 113 textes communautaires repartis au niveau de la gouvernance et de la convergence macroéconomique, le marché commun et les politiques sectorielles.

«Le Burkina Faso a enregistré un taux très élevé de 84% de transposition et d’application des textes tenant toujours le pelletons au niveau des 8 Etats de l’union en termes de transposition et d’application des textes » a-t-il indiqué. Selon le président de la commission de l’UEMOA ; le Burkina applique également les textes les plus importants de l’Union dans les 3 domaines que sont la fiscalité, le marché commun et les politiques sectorielles.

De préciser qu’ils ont également évalué les projets d’investissement que la commission de l’UEMOA réalise dans les Etats touchant des secteurs réels tels l’agriculture, l’élevage, l’hydraulique) et des secteurs sociaux (éducation ; la santé). Qu’ ils ont noté des progressions au niveau de ces investissements fort important pour la vie au quotidien de nos concitoyens.

Compétitivité et l’attractivité de l’UEMOA

Lassané Kaboré (micro), ministre de l’économie, des finances et du développement

« En application des dispositions de l’acte additionnel n°05/2013/CCEG/UEMOA du 24 octobre 2013 et de la décision du conseil des ministres du 19/12/2013, portant modalités de mise en œuvre de cette revue ; les Etats membres de l’UEMOA sont assujetties depuis 2014, à une évaluation à travers une revue annuelle des reformes politiques ; programmes et projets communautaires sous la direction de la commission de l’UEMOA » , a indiqué Lassané Kaboré, ministre de l’économie, des finances et du développement. Et de poursuivre en précisant que cette revue constitue un dispositif institutionnel de suivi favorisant l’harmonisation des législations nationales, la coordination des politiques sectorielles nationales et la bonne exécution des politiques, programmes et projets communautaires. Elle permet d’améliorer significativement la compétitivité et l’attractivité de l’union et, partant, le potentiel de croissance économique nécessaire à la création d’emplois et à la réduction de la pauvreté ; a-t-il conclu.

A l’issue de la rencontre, les responsables des 2 délégations, le président de la commission de l’UEMOA et le ministre de l’économie et du développement, sont allés présenter leurs conclusions de l’évaluation au Premier ministre Dabiré et lui transmettre le mémorandum.

Hioua Eric Bassolé

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.