La scène surréaliste s’est déroulée, à quelques jours du 31 décembre 2019, dans une gare routière au quartier Bilbalogo, dans l’arrondissement 1 de Ouagadougou, où un voleur à la tire, un pickpocket, s’est fait prendre la main dans la poche. La suite fut compliquée pour le pickpocket, même s’il a échappé à la vindicte populaire.

Alors qu’il était en pleine opération, sa main dans la poche d’un passager, un voleur à la tire, un pickpocket a été pris en flagrant délit. Il a tenté son coup au moment de l’appel nominatif des passagers à leur départ.

Cela donnant souvent lieu à des bousculades, chacun passager ayant la tête rivé vers celui qui appelle ;  le voleur s’est glissé parmi eux et a introduit par derrière sa main dans la poche du passager situé juste devant lui. Mais, c’était sans compter avec la violence du passager et des autres.

Pris la main dans le sac, pardon, dans la poche, il a été entraîné hors de la gare sous les regards des badauds. Là il a été attaché au pied d’un arbre et appel a été fait à la police qui dépêchera des éléments qui sont venus embarquer le pickpocket.

«Tous les jours pour le voleur, un jour pour le propriétaire», dit-on. Ce voleur qui a échappé à la vindicte populaire l’a appris à ses dépens.

Christian Tas

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.