Le Réseau national des associations intervenant dans le domaine de la santé (RE.NAI.DS) a animé un point de presse, ce mercredi 05 février 2020 à Ouagadougou. C’était une occasion pour les conférenciers du jour de répondre à la lettre ouverte de la Section du Syndicat des Médecins du Burkina (SYMEB) adressée à la Directrice générale du Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS), dénonçant des dérives de management et les doutes sur la qualité du sang transfusé aux malades.

Les membres du RE.NAI.DS ont condamné avec fermeté, l’acte du SYMEB, lors des échanges avec les journalistes.  Ils estiment même que les médecins de par ce comportement, ne rendent service ni à la santé, ni au CNTS et encore moins au Peuple Burkinabé. Pour eux, ceci ne devrait pas être ‘’jeté sur la toile’’ car « le linge sale devrait se laver en famille ». Pour ainsi dire que l’affaire devrait être réglée à l’interne, au lieu de semer la psychose au sein des populations.

« On peut certes critiquer un système, des innovations comme cela se fait dans tous les domaines, mais de là à remettre en cause la qualité du sang collecté sur la base du volontariat sans pour autant apporter de preuves scientifiques irréfutables, c’est faire preuve de légèreté », a déclaré Inoussa Saré, coordonnateur national du RENAIDS.

« En remettant en cause la qualité du sang collecté dans les nouveaux centres de transfusion sanguine comme Ouahigouya, Kaya, Dédougou, et Gaoua sur la base du système utilisé, c’est-à-dire les tests rapides, le SYMEB remet de facto en cause tous les examens médicaux effectués à base du test rapide ». « Que dire donc des tests du VIH Sida, de grossesse, du paludisme, etc., qui sont tous faits aujourd’hui au moyen de test rapide, grâce à l’évolution de la science ? », s’est-il interrogé. Il a renchéri en disant que Ceci n’est ni plus ni moins qu’une tentative de démoraliser la première responsable du CNTS et par ricochet, tout son personnel.

Par ailleurs, le RENAIDS a tenu à rassurer les populations sur la qualité du sang collecté.

Même s’il est clair que le risque zéro n’existe pas en matière de transfusion sanguine, jusqu’à preuve du contraire, Jean Bosco Zoundi, président national SOS sang est convaincu que le sang qu’ils collectent est de qualité. « Si les médecins estiment qu’il est douteux, alors qu’ils apportent les preuves concrètes irréfutables », a laissé entendre Zoundi qui est très remonté contre le SYMEB et également contre les organes de presse qui ont divulgué le contenu de la lettre ouverte. Pour lui, ce n’est rien d’autre qu’une manière de saper l’effort des collecteurs du sang et régler un vieux conflit dû à une affaire de nomination au sein du CNTS.

« Si au niveau interne les gens ont des problèmes entre eux, qu’ils les résolvent là-bas. S’il y a quelque chose en bas, que le SYMEB le dise haut et fort », a clamé Inoussa Saré.

Nicolas Bazié

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici