Les officiels posant pour la postérité à l'occasion du jubilé d'or de la SNV

Au Burkina Faso, l’Organisation néerlandaise de développement (SNV), c’est, à ce jour, un appui appréciable au développement durable de 50 ans, sans discontinuité.  Pour magnifier, mettre en exergue cette longue assistance au développement qui porte des fruits dans plusieurs domaines (agriculture et élevage, énergie, eau et assainissement) et se projeter dans l’avenir ; hautes autorités politiques ; responsables, personnels et  partenaires de la SNV Burkina Faso étaient réunis le 2 octobre 2020 à la salle de conférences de Ouaga 2000 pour célébrer le jubilé d’or de l’organisation internationale de développement.

Le présidium de la cérémonie du cinquantenaire de la SNV. L’on reconnaît au milieu le Premier ministre Christophe Dabiré

Placée sous le haut patronage du Président du Faso, la célébration du cinquantenaire de l’Organisation néerlandaise de développement Burkina Faso (SNV Burkina Faso) ce 2 octobre 2020 aura toutes ses promesses.

Tenu dans un cadre enchanteur des grands jours, l’évènement a été marqué, entre autres, par les discours des officiels dont ceux du Président du Faso prononcé par le Premier ministre et du chargé d’affaires des pays Bas Maarten Rusch ; la visite des stands d’exposition et le cocktail-déjeuner du jubilé d’or.

Une approche innovante et multi-acteurs du développement

Jean de Matha Ouédraogo, représentant du directeur général de la SNV mondiale, a développé le thème du «Changement systémique»

Pour un petit rappel historique, l’Organisation néerlandaise de développement (SNV) est arrivée au Burkina Faso pour la première fois le 2 octobre 1970, soit juste 5 ans après sa fondation au Pays Bas, et depuis elle ne l’a plus quitté jusqu’à ce jour.

Les projets de la SNV couvre aujourd’hui l’ensemble du pays avec l’implantation de bureaux à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Koudougou, Ouahigouya, Fada- N’Gourma. Ses équipes pluridisciplinaires sont composées à plus de 90% de Burkinabè. Les secteurs d’intervention de la SNV sont notamment l’agriculture ; l’énergie et, l’eau, l’hygiène et l’assainissement.

Dans la vision de la SNV, personne ne doit vivre pauvre sur cette terre et a donc un droit à se développer. «Chaque personne a la liberté de poursuivre son propre développement durable», indiquera à ce propos Jean de Matha Ouédraogo, représentant du directeur général de la SNV mondiale, qui a développé le thème du «Changement systémique», au cœur de la présente célébration. Cette approche innovante du développement est axée sur l’amélioration des systèmes, l’appropriation locale des projets, les solutions à apporter n’étant à inventer mais à partir de l’existant dans les zones d’intervention. Il s’agit d’une approche multi-acteurs du développement.

Dans cette optique, l’organisation internationale de développement  travaille sur le terrain, suivant son approche, à augmenter les revenus des populations et leurs accès aux services de base.

Dans les trois secteurs (agriculture, énergie, eau et assainissement) la SNV Burkina Faso a défini 8 produits sur lesquels ses équipes concentrent leur expertise en matière d’assistance. Ces équipes font de l’excellence opérationnelle leur cheval de bataille et appliquent leur savoir-faire pour produire des résultats à grande échelle.

Ainsi, les projets de la SNV bénéficient directement à des millions de personnes.

«Nos projets entraînent un changement des systèmes en renforçant les institutions, en relançant les marchés, en tirant parti des financements et en introduisant une nouvelle normalité. Ce qui aide plus de personnes à sortir de la pauvreté, bien au-delà de la portée des projets.

Plus de 13 500 bio-digesteurs en 10 ans

La salle de conférences de Ouaga 2000 était prise d’assaut

A titre illustratif, grâce au plaidoyer mené avec les Organisations civile (OSC) auprès des autorités de l’agriculture, dans le cadre du Programme voix pour le changement (V4CP) financé par les Pays Bas et piloté par la SNV ; l’envoi tardif des semences améliorées et des engrais vers les exploitants familiaux  a cessé. Aujourd’hui, le ministère de l’agriculture rend disponible ces intrants déjà au mois de mai, mieux, les organisateurs de producteurs sont impliquées dans le processus de distribution.

Au niveau du secteur de l’énergie, le plaidoyer a permis de renforcer les capacités des organisations de la société civile du secteur des énergies renouvelables ; En outre, au niveau du Programme national bio-digesteur, la SNV a contribué à la construction de milliers de plus de 13 500 bio-digesteurs à travers le pays ces dix dernières années.

Hommage aux différentes parties prenantes de l’action SNV

Jeannette de Regt, directrice pays de la SNV Burkina Faso, a rendu un vibrant hommage

Tout cela n’aura pas été possible sans une oreille attentive des autorités du pays dont les plus hautes autorités à qui la directrice pays, Jeannette de Regt a rendu un vibrant hommage dans son mot de bienvenue, avec à l’appui un cadeau de reconnaissance au président du Faso, Roch Marc Christian, qui a accepté de patronné le cinquantenaire ; et un autre cadeau au Premier ministre Christophe Dabiré, représentant et porteur du message de félicitations et encouragement à la SNV lors de la présente cérémonie de son  jubilé d’or.

Tout cela n’aura pas été aussi possible sans les organisations partenaires, estimées aujourd’hui à une cinquantaine et dont les responsables de certaines ont témoigné de l’apport inestimable que leur a apporté la SNV, que ce soit en termes de renforcement de capacités de gestion ou de l’accès aux institutions de financement. A les entendre, cet appui de la SNV a permis de renforcer la compétitivité de leurs organisations en termes de management et d’actions sur le terrain.

L’appui au développement du Burkina salué par les plus hautes autorités

Le Premier ministre Christophe Dabiré livrant le discours du Président du Faso

Dans son discours livré par le Premier ministre Dabiré, à l’occasion de ce jubilé d’or, le président Kaboré a salué à sa juste valeur l’appui de la SNV au développement du Burkina au cours de ces cinquante dernières années.

«Malgré un environnement socio-politique et sécuritaire parfois difficile, la SNV est toujours restée présente aux côtés des populations dans des secteurs clés de notre développement que sont : l’Agriculture, les Energies Renouvelables, l’Eau-hygiène et Assainissement. Au nom du peuple burkinabè, je voudrais traduire toute notre gratitude à la SNV pour sa présence continue au Burkina Faso durant ces cinquante années», a-t-il indiqué.

Le président Kaboré a réaffirmé le soutien et la disponibilité de l’Etat burkinabè à accompagner la SNV dans la mise en œuvre de ses projets et programmes pour le bonheur de nos populations.

La SNV dans la même dynamique pour l’avenir

Les officiels posant pour la postérité à l’occasion du jubilé d’or de la SNV

Pour l’avenir, la SNV entend poursuivre au Burkina Faso et dans le Sahel, son approche de changement systémique axée sur l’amélioration des systèmes, l’appropriation locale des projets.

La mise en œuvre de son plan stratégique triennal 2019-2022 se poursuit avec toujours plusieurs projets et programmes en cours de mise en œuvre. C’est par exemple le cas du projet MODHEM qui facilite l’accès des agriculteurs et des éleveurs à des informations sur la disponibilité de la biomasse et de l’eau, les prévisions météorologiques et les prix du marché des céréales et du bétail afin d’améliorer la sécurité alimentaire et des ménages agro-pastoraux et leur résilience face aux changements climatiques.

Visite des stands d’expositions par les officiels

Il en est du Programme national bio-digesteur. «La SNV restera forte au Burkina Faso», a assuré directeur son pays pour le Cameroun et la République démocratique du Congo, Jean de Matha Ouédraogo.

Et pour cet engagement affiché de poursuivre son action au Burkina Faso, la SNV peut compter sur le soutien des plus hautes autorités burkinabè. En effet, pour le Président du Faso, «la SNV durant ces cinquante années a fait la preuve qu’elle est une organisation qui a une vision axée sur les résultats pour un développement durable dans notre pays».

Et d’inviter «de façon solennelle tous les bailleurs à poursuivre leur appui à la SNV pour le déploiement de programmes innovants et impactant pour notre population».

«L’aide doit aider à combattre l’aide».

Le chargé d’affaires de l’ambassade des Pays Bas à Ouagadougou, Maarten Rusch

Pour autant, les Pays Bas ne souhaitent voir l’assistance de la SNV au Burkina Faso atteindre encore 50 ans, encore moins s’éterniser, l’aide devant aider à mettre fin à l’aide.

C’est pourquoi, dans son allocution, le chargé d’affaires de l’ambassade des Pays Bas à Ouagadougou, Maarten Rusch a souhaité que l’aide néerlandaise aide les acteurs burkinabè du développement à voler de leurs propres ailes, à l’image même de la SNV qui au départ dépendait des financements publics mais qui aujourd’hui vole de ses propres ailes.

Thomas Sankara l’avait si bien dit, «l’aide doit aider à combattre l’aide». Et la SNV l’a aussi si bien compris et intégré dans son approche, aussi bien ici au Burkina Faso qu’à ailleurs.

La SNV, faut-il le rappeler, en 55 ans d’existence, est présente dans 25 pays à travers le monde, notamment en Asie, Afrique, Amérique latine ; avec une équipe d’agents de plus de 1 300 personnes.

Martin Philippe

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici