Le directeur général de la maison de l'entreprise du Burkina, Lacina Ki (micro)

Dans l’optique d’échanger sur les potentialités de la filière énergie solaire et les possibilités de financement, les acteurs des deux domaines tiennent un atelier le 18 et 19 Novembre 2020 à Ouagadougou.

Le directeur général de la maison de l’entreprise du Burkina, Lancina Ki (micro) se prêtant à la presse

Durant ces 2 jours, les acteurs du domaine de l’énergie solaire et ceux des banques vont mener des échanges bien nourris. Pour le premier jour, il s’agit de présenter la filière énergie solaire et ses potentialités et les possibilités de financement auprès des banques et de la faîtière des caisses populaires.

Le second jour, est prévue la présentation sur les possibilités de financement auprès des banques et également une présentation sur les possibilités de mobilisation de garantie via les fonds de garanties. Coordonné par la maison de l’entreprise, cet atelier vise à trouver un moyen de financement de la filière énergie solaire.

L’objectif principal de cet atelier, à en croire Lancina Ki, directeur général de la maison de l’entreprise, est de «booster le financement de la filière énergie solaire ». C’est le lieu de mettre ensemble les acteurs de la filière et les financiers afin que ces derniers découvrent les potentialités, les difficultés de financement et les produits proposés par la filière de l’énergie solaire.

Flore Tiendrébéogo, de la faîtière des caisses populaires

C’est de «permettre aux banques d’avoir les outils adaptés à la particularité de la filière», a ajouté Lancina Ki. Pour Flore Tiendrébéogo, de la faîtière des caisses populaires, les structures de financement sont disponibles pour recevoir ceux qui souhaitent faire le pas. «Nous sommes ouverts pour tout partenaire qui veut se lancer dans ce domaine, de nous approcher et nous allons discuter des clauses de la convention».

Aziz Yoda

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici