Le Premier ministre Christophe Dabiré, recevant une copie du rapport de l'étude des mains du secrétaire permanent du Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte précoce et de réponse; Dieudonné Ouattara

L’on en sait un peu plus sur la question sécuritaire dans la région de l’Est, avec la remise, ce jour 18 février 2021, au Premier ministre Christophe Dabiré, du rapport d’une étude du Secrétariat permanent du Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte précoce et de réponse.

Le Premier ministre Christophe Dabiré, recevant une copie du rapport de l’étude des mains du secrétaire permanent du Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte précoce et de réponse; Dieudonné Ouattara

Une dizaine de jours d’enquête et de collecte des données de terrain des équipes du  Secrétariat permanent du Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte précoce et de réponse et le rapport sur la question sécuritaire à l’est disponible.

Il a été remis ce jeudi 18 février 2021 au Premier ministre Christophe Dabiré. C’était au cours d’une audience à la Primature au cours de la cours de laquelle le secrétariat permanent, Dieudonné Ouattara a révélé au chef gouvernement, puis aux journalistes à sa sortie d’audience, la teneur dudit rapport.

4 grandes recommandations

Photo de famille à l’issue de l’audience de restitution des résultats de l’étude sur la sécurité à l’est du Burkina

Depuis plusieurs années, la sécurité se porte mal à l’est du Burkina. C’est connu de tous. Et c’est pour cerner les tenants et les aboutissants de cette situation que le Premier ministre Christophe Dabiré avait instruit le secrétariat permanent du Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte précoce et de réponse, de mener une étude sur les défis sécuritaires dans ladite région.

Les résultats de l’étude qui lui ont été présentés ce jeudi, sont on ne peut clairs.

Ils mettent en exergue les facteurs de vulnérabilité, les déterminants de cette montée de l’insécurité dans la région, ainsi que les problèmes des acteurs, les questions du développement local.   De ces constats implacables, les enquêteurs font 4 principales recommandations rappelées par le contrôleur général de police, Dieudonné Ouattara.

L’étude recommande par exemple de revoir le maillage sécuritaire pour mieux prendre en compte l’étendue de la région dans le dispositif sécuritaire. Ce qui nécessitera une plus grande opérationnalisation des Forces de défense et de sécurité (FDS) et des  Volontaires pour la défense de la patrie (VDP).

Le rapport préconise aussi une grande participation communautaire dans les initiatives dans la région.

«Nous avons fait une recommandation pour  la mise en place d’un comité de suivi qui sera logé au niveau de la Primature, pour le suivi et la mise en œuvre de ces recommandations. Nous avons identifié les acteurs et les structures de mise en œuvre des recommandations», a  indiqué le Secrétariat permanent

 

Aziz Yoda

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici