Les forces armées nationales (FAN) ont commémoré ce 1er novembre 2021, leur 61e anniversaire dans un contexte marqué par la multiplication ces temps des attaques terroristes dans le pays. La traditionnelle cérémonie de prise d’armes a été présidée par Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso, chef suprême des armées, en présence de la haute hiérarchie militaire.

Le ministre de la défense nationale et des anciens combattants, Aimé Barthélémy Simporé

La célébration ce 1er novembre des 61 ans des Forces armées nationales (FAN) a été une occasion pour la haute hiérarchie militaire et les plus hautes autorités du pays de leur rendre un hommage pour le travail abattu quotidiennement pour assurer la défense et la sécurité du pays. Des hommages ont été rendus aux 478 militaires tombés les armes à la main au front.

Le chef suprême des armées, Roch Marc Christian Kaboré, a appelé les populations à faire corps avec les FAN dans cette lutte difficile contre le terrorisme dans le pays.

«Nous devons les encourager et les soutenir, au lieu de nous apeurer et de crier au secours, car personne ne viendra nous secourir, sauf nous-même… Personne ne s’en sortira seul. Nous nous en sortirons ensemble ou pas du tout».

Selon le plan opérationnel, le ministre de la défense nationale et des anciens combattants, Aimé Barthélémy Simporé, pense que l’évolution du contexte sécuritaire laisse entrevoir la nécessité non seulement de disposer d’un référentiel de sécurité nationale pertinent qui s’adapte aux menaces, mais aussi d’adapter continuellement l’art opératif et les tactiques aux modes d’actions de la menace terroriste qui évoluent.

«Les référentiels qui ont été élaborés (stratégie nationale de lutte contre le terrorisme et politique nationale de sécurité) et sont en cours d’adoption, vont permettre de clarifier la vision et les objectifs de la sécurité nationale et de déterminer les moyens et les priorités de leur mise en œuvre. Il reste convaincu que la réponse militaire seule ne suffira pas à vaincre le terrorisme et qu’il faut impérativement « adopter une approche plus globale, permettant de développer d’autres réponses spécifiques agrégées ensemble, selon une vision politique et stratégique».

Christian Tas

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.