Le combat pour l'accès des pauvres aux énergies pauvres est encore loin d'être gagné

Si rien n’est fait pour adapter les politiques et procédures actuelles, les ambitions des dirigeants mondiaux tels que définis dans les Objectifs de développement durable (ODD) de réduire la pauvreté via l’accès aux énergies modernes, resteront lettres mortes. C’est l’une des conclusions majeures d’un nouveau rapport de Pratical Action qui exhorte les gouvernements à ne pas se voiler la face et à se tourner résolument vers les énergies renouvelables autonomes afin de relever efficacement ce défi planétaire.

Le combat pour l'accès des pauvres aux énergies pauvres est encore loin d'être gagné
Le combat pour l’accès des pauvres aux énergies propres est encore loin d’être gagné

«Poor People’s Energy Outlook for 2016», en français “Perspectives énergétiques des populations pauvres pour 2016 ». C’est l’intitulé de ce nouveau rapport, le cinquième, de Pratical Action.

Prévu pour être officiellement lancé ce lundi à Lomé au Togo, le rapport insiste sur les besoins des communautés pauvres en énergie en Afrique de l’Ouest, révélant les méconnaissances des besoins des populations pauvres par les banques de développement, les bailleurs de fonds d’aide et les gouvernements. Aussi le rapport invite-t-il les hommes politiques et les experts en développement à revoir les raisons des choix de leur approche de la planification et du financement de l’énergie.

Données recueillies au Togo, en Afrique de l’Est et au Bangladesh

Rédigé par des experts en énergie de Practical Action, le rapport indique que les objectifs majeurs définis par les dirigeants mondiaux pour réduire la pauvreté et favoriser l’accès à l’énergie moderne ne seront pas atteints parce que les procédures actuelles de planification ne sont pas adaptées.

Les données de l’étude ont été recueillies au sein des communautés pauvres en énergie au Togo, en Afrique de l’Est et au Bangladesh. Entre autres conclusions du rapport, les rédacteurs retiennent :

-une mentalité «réseaux ou rien» dans la plupart des plans nationaux ;

-une méconnaissance de la part de nombreux décideurs des meilleures technologies et approches adaptées pour l’atteinte de l’accès total à l’énergie ;

-un manque d’efforts significatifs dans le sens d’impliquer les populations pauvres en énergie dans la recherche des solutions souhaitées aux problèmes auxquelles elles sont confrontées.

Plusieurs recommandations

Le présent rapport a été assorti de plusieurs recommandations qui sont :

-La cuisine et les différents besoins énergétiques des populations doivent être intégrés dans les plans nationaux pour répondre à la demande énergétique des ménages et parer aux décès causés par la cuisine à foyers ouverts ;

-L’accès à l’énergie doit être abordé à travers une gamme de solutions comprenant les réseaux, les mini-réseaux et les systèmes domestiques autonomes ;

-Il faut davantage d’investissement dans la formation et le renforcement des capacités, la fourniture d’outils et d’équipements pour des approches nouvelles ;

-Il est nécessaire d’améliorer l’éducation des fonctionnaires et des décideurs gouvernementaux sur l’éventail de solutions disponibles en matière d’accès à l’énergie ;

-L’évaluation de l’accès à l’énergie ne devrait pas se faire simplement par le nombre de connexions et de kilowattheures produits, mais en examinant les niveaux d’accès à l’énergie requis et obtenus ainsi que les avantages sociaux à long terme.

Par ailleurs, le présent rapport  sera suivi de deux autres, attendus d’ici à 2018.

Grégoire B. Bazié

Burkina Demain

Source : Pratical Action et Smart Villages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.